Erasme et l’humanisme

« Erasme et l’humanisme » : un entretien radiophonique avec Jean-Christophe Saladin toujours disponible sur le site de France culture (émission Les Racines du Ciel) :

https://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-erasme-et-l-humanisme-avec-jean-christophe-saladin-2013-11-24

 

Jean-Christophe Saladin est le directeur de la collection « Miroir des Humanistes » aux éditions Les Belles Lettres. Auteur d’une Bibliothèque idéale humaniste, il a récemment dirigé l’édition intégrale bilingue des Adages d’Érasme.

Sur les Adages d’Erasme, voir le site des Belles Lettres : http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100184530

« Ces Adages, publiés en 1500 à Paris, connurent un tel succès que les imprimeurs se bousculèrent pour les rééditer, si bien qu’il en parut 16 éditions du vivant d’Érasme (1466-1536). Elles furent revues et augmentées par lui à dix reprises. On passa ainsi de 820 adages (1500) à 4 151 (1536). L’ouvrage resta un best seller tout au long du XVIe siècle, jusqu’à sa mise à l’Index par le concile de Trente (1559).

Les Adages sont les notes de lecture d’Érasme, tirées de l’ensemble de la littérature antique à laquelle il pouvait avoir accès — c’est-à-dire la quasi-totalité. Nous avons donc affaire à un choix de citations commentées. Combien? Sans doute une vingtaine de mille au total. Leur choix se déroule sans autre ordre que le fil des lectures et les associations d’idées d’Érasme. Il concevait ce recueil comme une collection de modèles d’élégance de style, de formules « bien frappées » riches de sens métaphorique, qu’il commentait avec humour. Ses commentaires vont de la remarque anecdotique d’une ligne (adage 367: « Tu recolles un œuf ») jusqu’au traité moral et politique d’une cinquantaine de pages contre les papes guerriers (adage 3301: « La guerre est douce à ceux qui n’en ont pas l’expérience »). Les humanistes ne s’y trompèrent pas en en faisant leur livre de chevet, au même titre que les Élégances de Lorenzo Valla. Les adages fleurissent en effet à chaque page des meilleurs auteurs de l’époque, depuis Hutten jusqu’à Montaigne. Les professeurs par la suite y trouvèrent une mine de règles de style à faire étudier à leurs élèves (tel l’adage: Ut sementem feceris, ita metes « Tu récolteras ce que tu as semé », qui figure encore dans les grammaires latines actuelles).

En somme, les Adages constituent une voie royale d’accès à la littérature gréco-latine. Érasme fut sans doute le meilleur connaisseur et vulgarisateur de cette littérature que l’Europe ait connu. Il nous livre ici une œuvre à la fois érudite et distrayante, apte à réconcilier les modernes avec la culture antique. Notre édition, qui a nécessité plus de 60 traducteurs, est une première mondiale » (site des Belles Lettres).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *