Art et pouvoir

Organisé par Elisabeth Crouzet-Pavan (Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier) et Jean-Claude Maire Vigueur (Roma Tre), un colloque international a eu lieu au mois d’octobre 2013 à Paris. De la France à l’Italie en passant par l’Empire, il a questionné les multiples et ambivalentes relations entre les arts, les artistes et les pouvoirs princiers et seigneuriaux.

prince

Dans de nombreuses villes de l’Italie du Centre et du Nord, le régime communal cède progressivement la place, à partir du milieu du XIIIe siècle, à un mode de gouvernement qui se caractérise par une concentration des pouvoirs aux mains d’un seul homme ou d’une seule famille. Dans la plupart des domaines, le nouveau régime de la seigneurie citadine est toutefois loin de rompre brutalement avec l’action des régimes communaux. C’est en particulier le cas pour tout ce qui touche à la politique urbaine, à la commande artistique et à la vie culturelle. Ce n’est qu’à  partir d’une certaine date qui varie beaucoup d’une seigneurie à l’autre, que les seigneurs se sont mis à innover en prenant une série d’initiatives qui se démarquent fortement, en matière de monuments, de commandes artistiques et de culture, de ce que les communes avaient l’habitude de réaliser. Il va de soi que leurs réalisations les plus spectaculaires, qu’il s’agisse par exemple des tombeaux des della Scala à Vérone ou du décor du palais des Gonzague, ont depuis longtemps retenu l’attention des historiens de l’art. Ceux-ci ont toutefois toujours eu tendance à privilégier une approche monographique des réalisations les plus spectaculaires et ont rarement pris en compte l’ensemble de la politique culturelle et artistique d’un même prince ou d’une même famille.

Notre rencontre entend au contraire étudier cette politique d’un point de vue comparatiste. Il s’agira d’observer les différences et les ressemblances entre les différentes régions et seigneuries de l’Italie des XIIIe-XVe siècles. Mais il s’agira aussi de mettre en perspective cette politique culturelle en portant le regard sur les expériences comparables qui sont alors menées par les princes en France, dans les Pays-Bas bourguignons et dans l’Empire. On l’aura compris, ce colloque ne s’intéresse pas au phénomène du mécénat. Il s’attache plutôt à comprendre comment la politique monumentale, artistique et culturelle constitua, pour certaines formes de gouvernement, une ressource utile à l’affirmation de leur pouvoir.

La rencontre se propose ainsi

-de faire ressortir la chronologie différenciée des différents types de réalisation : la construction des forteresses et des palais relève par exemple de deux phases bien distinctes de l’histoire des seigneuries.

 -de mettre la circulation de certains modèles artistiques en rapport avec des phénomènes de nature très différente, tels que par exemple les alliances matrimoniales.

  -d’évaluer l’importance respective des éléments de continuité et de rupture dans les différentes initiatives culturelles et artistiques des princes.

  -de mesurer la capacité des princes à attirer les hommes de culture et à leur offrir des possibilités de carrière

 -d’examiner s’il existe des liens, et de quel type, entre l’intensité de la commande artistique, considérée dans le sens le plus général du terme, et la recherche d’un plus large consensus et/ou l’instauration d’une forme de gouvernement plus autoritaire.

   -de prêter, pour ce qui est de l’Italie, une attention particulière aux seigneuries les moins étudiées, comme les da Varano, les Chiavelli, les Trinci, les di Vico, les Smeducci, Braccio da Montone, totalement inconnues du grand public et négligées par les historiens d’art alors qu’elles ont fait preuve d’un réel dynamisme dans le domaine de la commande artistique et culturelle ; ce qui revient à dire qu’on laissera de côté les exemples bien étudiés des Médicis ou des Sforza.

Le colloque comprendra une vingtaine de communications qui porteront sur des types de réalisation et d’œuvres particulièrement significatifs.

Parmi les thèmes qui devront être abordés :

-les résidences du prince (tènements familiaux, aménagements et réaménagements ; réutilisation des palais publics communaux ou du palais épiscopal ; aménagement/construction de forteresses ou de centres fortifiés…)

-l’embellissement de la ville (murailles et autres ouvrages de fortification ; infrastructures (ports, hôpitaux, ponts, rues et places, fontaines et autres ouvrages hydrauliques…)

-« la gloire de Dieu et la gloire du prince »  (construction et décoration d’églises, de chapelles, de couvents, de tombeaux, mausolées …)

 -la politique culturelle (protection d’humanistes et de lettrés, bibliothèques, commande d’œuvres littéraires, historiques, scientifiques; écoles et  universités)

-la commande artistique ( commande d’œuvres destinées au palais du seigneur, à des églises, invitations d’artistes venus des plus grands centres artistiques du temps…)

Sur tous ces tes thèmes il conviendra pour commencer de procéder à un état des lieux, autrement dit d’exposer ou d’évoquer les principales réalisations et initiatives à mettre à l’actif des seigneurs et des princes. Pour l’Italie, les auteurs des communications auront tout intérêt à consulter la base de données du RESCI–Repertorio delle esperienze signorili–(http://www.italiacomunale.org) qui recense pour chaque seigneur l’ensemble des réalisations et des initiatives qui peuvent lui être attribuées. Il conviendra toutefois, au moins dans la communication orale, de ne pas trop s’attarder sur cet état des lieux et de limiter au minimum indispensable l’analyse purement descriptive. Les auteurs devront en effet mettre l’accent sur deux objectifs qui relèvent plus d’une approche interprétative qu’analytique: repérer les principaux changements qui caractérisent l’action des états seigneuriaux et princiers en matière de politique monumentale, artistique et culturelle et corréler  les changements qui interviennent dans ces différents domaines avec l’action proprement politique de ces états et l’évolution de leur système de pouvoir.

Le programme

Jeudi 17 octobre 

14h-14h15 : Ouverture (Élisabeth Crouzet-Pavan (Paris-Sorbonne) et Jean-Claude Maire Vigueur (Roma Tre)

 

Au cœur du pouvoir : résidences princières

14h15-14h40 : Marco Folin (Université de Gênes): Le residenze del principe : palazzi cittadini e ville rurali

14h40-15h05 : Matthias Mueller (Université de Mayence): History, space and time: paradigms of the princely castle architecture in the Empire around 1500 and the importance of Italy and France as a model

 

Au cœur du pouvoir : le service de Dieu

 15h30-15h55 : Marc Boone (Université de Gand): Construire la mémoire d’outre-tombe: les comtes de Flandre, leurs successeurs bourguignons et leurs proches sous les dalles funéraires

15h55-16h20 : Jean-Baptiste Delzant (Université de Paris-Sorbonne. École française de Rome) : La commande religieuse seigneuriale dans les villes italiennes à la fin du Moyen Âge

16h20-16h45 : Laurent Vissière (Université de Paris-Sorbonne) : L’érection des Saintes-Chapelles dans la France des XIVe et XVe siècles

 

Vendredi 18 octobre

 

Les échelles de l’intervention princière : la ville, l’État territorial

9h-9h25 : Irène Strobbe (Université de Paris-Sorbonne-Université de Gand) : « Chacun doit gainier et profiter du prince »: Lille ou le laboratoire d’une politique monumentale bourguignonne à la fin du Moyen Âge

9h25-9h50 : Philippe Lorentz (Université de Paris-Sorbonne): Des princes sans capitale: les évêques de Strasbourg aux XIVe et XVe siècles. Politique culturelle et commandes artistiques

9h50-10h15 : Serena Romano (Université de Lausanne): Principi di Lombardia nel Trecento. L’anomalia e lo splendore di Milano.

11h05-11h30 : Beatrice Del Bo (Université Bocconi de Milan): La politique culturelle et artistique des petits États féodaux  des marquis de Monferrat et de Saluces.

11h30-11h55 : Guido Castelnuovo (Université d’Avignon): Amédée VIII et les arts: une stratégie culturelle au service du prince dans la Savoie de la première moitié du XVe siècle

14h-14h25 : Léonard Dauphant (Université de Metz): La politique artistique du roi René II au service de la reconstruction d’un État angevin en Lorraine.

14h25-14h50 : Arturo Calzona (Université de Parme): La aedificatio dello stato gonzaghesco da Ludovico I (Luigi) a Ludovico II (1360-1468).

14h50-15h15 : Francesco Salvestrini ( Université de Florence) : L’art et la magnificence « contre » le pouvoir du prince. L’abbé général Biagio Milanesi, l’Ordre monastique de Vallombreuse, Laurent de Médicis et le pape Léon X.

 

Programmes décoratifs

16h-16h25: Sabine Van Sprang (Musées royaux d’art des Beaux-Arts de Belgique), Claire Billen (Université Libre de Bruxelles): Forêt, chasse et tapisseries: la magnificence habsbourgo-bourguignonne au cœur des Pays-Bas méridionaux

16h25-16h50 : Monica Donato (Scuola normale superiore de Pise): I primi Medici e l’eredità dell’arte civica

 

Samedi 19 octobre 

 

Artistes et hommes de savoir

9h-9h25 :  Rose-Marie Ferré (Université de Paris-Sorbonne): “Échec et mat”! Le sculpteur Francesco Laurana au service d’Alphonse d’ Aragon et du roi René

9h25-9h50 : Carla Frova (Université de Rome La Sapienza): Cultura e istituzioni universitarie nel contesto delle esperienze signorili italiane.

9h50-10h15 : Jacques Verger (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) : La culture au service du prince: fondations princières d’universités et de collèges en France, dans les pays bourguignons et dans l’Empire à la fin du Moyen Âge

11h-11h25 : Gian Maria Varanini (Université de Vérone): Cancellerie signorili trecentesche di area padana.

11h25-11h55 : Clémence Revest (Université de Paris-Sorbonne. École française de Rome): Le seigneur et ses lettrés. Attraction, soutien et emploi des hommes de savoir dans l’Italie préhumaniste et humaniste.

12h15 : Enrico Castelnuovo (Scuola normale superiore de Pise): Conclusions

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search