Giovanni Pontano ou l’humanisme napolitain

« Modèles et contre-modèles de l’humanisme napolitain : Giovanni Pontano à la recherche d’une langue » est le titre d’un article publié par Florence Bistagne en 2012 dans la revue Cahiers d’études italiennes.

L’article est disponible en ligne à l’adresse : http://cei.revues.org/1009

pontano1

Références :

Florence Bistagne, « Modèles et contre-modèles de l’humanisme napolitain : Giovanni Pontano à la recherche d’une langue », Cahiers d’études italiennes, 15 | 2012, 99-110.

Florence Bistagne, « Modèles et contre-modèles de l’humanisme napolitain : Giovanni Pontano à la recherche d’une langue », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 23 avril 2015. URL : http://cei.revues.org/1030

Résumé :

« Giovanni Pontano (1429-1503) est le représentant majeur de l’humanisme napolitain et sa production littéraire est exclusivement en langue latine, considérée comme une langue vivante, capable d’exprimer les réalités quotidiennes, la vivacité du langage parlé mais aussi toutes les formes de la langue littérature.

Le problème essentiel est alors celui de savoir quel Latin parler ou écrire : celui de Cicéron, certes, mais pourquoi pas celui de Plaute, de Stace, de Perse ? Et comment l’enseigner, puisque la grammaire et, partant, les grammairiens sont devenus l’objet de satire et de moquerie, symboles de la scolastique et de la pédanterie ?

Après le De Aspiratione, en 1462, Pontano écrit le De Sermone (1501), un traité théorique, et l’Antonius (ca 1493) un dialogue dans lequel il expose ses théories grammaticales, s’opposant à de grands humanistes philologues comme Leonardo Bruno et Lorenzo Valla, ses illustres prédécesseurs mais aussi Politien, son contemporain. La recherche de modèle pour une langue latine, qui passera par un « Grand Tour d’Italie », est alors aussi une résistance à l’impérialisme des Florentins pour imposer leur langue, leur littérature et leur prééminence politique ».

Un autre article important sur l’oeuvre de Giovanni Pontano est celui de Maria Teresa Ricci, « Liberalitas et Magnificientia chez Giovanni Pontano », in Le Verger – bouquet 2, juillet 2012. L’article peut être télécharger ici : Giovanni Pontano


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.