Soleils baroques

 

Soleils baroques

La Gloire de Dieu et des Princes en représentation dans l’Europe moderne

Colloque international
Rome, 28-29-30 novembre 2013

Académie de France à Rome – Villa Médicis

 

Colloque organisé par l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en collaboration avec l’université de Rouen (GRHIS-Normandie Université) et l’université Paris-Sorbonne (Labex EHNE), sous la direction de Frédéric Cousinié, Annick Lemoine et Michèle Virol

informations
Patrizia Celli – département de l’histoire de l’art Académie de France à Rome – Villa Médicis [+39] 06 67 61 245 – patrizia.celli@villamedici.it

L’immense «Gloire» de Gian Lorenzo Bernini qui surmonte la Cattedra de Saint-Pierre de Rome est devenue l’emblème triomphant d’un «baroque» romain à vocation universelle. Sa réalisation, inédite dans ses formes, est contemporaine des innombrables cours célestes et «Gloires divines» des coupoles qui se multiplient dans la capitale de la chrétienté à partir des années 1620. Elle est annoncée par les dispositifs éphémères des célébrations des Quarante Heures des années 1630-40 où s’illustrèrent déjà Gian Lorenzo Bernini, Pietro da Cortona ou Carlo Rainaldi, et précédée, plus lointainement encore, par l’ambition analogue qui était celle des multiples Pantocrator sur fonds d’or byzantins, ravennates ou siciliens.

Associée soit aux personnes trinitaires, soit à l’eucharistie, soit à la transfiguration, soit à la Vierge, soit à l’apothéose des saints de la Contre-Réforme, la Gloire est devenue l’objet quasi-obligé d’innombrables sanctuaires européens des XVIIe et XVIIIe siècles : de Rome à Paris, Madrid, Anvers ou Munich.

Associée de façon privilégiée au domaine religieux, cette symbolique solaire a été également exploitée dans le domaine monarchique et civil: des Barberini ou de la couronne espagnole à l’inévitable «Roi-Soleil», en passant par les «Gloires» et autres «Triomphes» ou «Apothéoses» des grandes familles aristocratiques, Républiques ou États européens. Ultime et surprenante métamorphose, ce motif, réélaboré sous la Révolution française sous la forme d’un triangle rayonnant autour d’un œil omnivoyant, se retrouvera au sommet de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789…

Associant historiens de l’art et historiens de la période moderne, cette rencontre se propose de revenir sur la genèse, la fortune, les dispositifs concrets et, surtout, les effets de sens de la Gloire.

Le colloque, accueilli en novembre 2013 à l’Académie de France à Rome, sera suivi d’une journée d’étude qui se déroulera à l’université de Rouen en mai 2014.

Programme

 

jeudi 28

9h30

accueil
Éric de Chassey directeur de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

introduction du colloque
Frédéric Cousinié, université de Rouen
Annick Lemoine, Académie de France à Rome – Villa Médicis
Michèle Virol, université de Rouen

 

La Gloire de Dieu : iconographie et dispositifs

présidente de séance Annick Lemoine
François Boespflug (université de Strasbourg), Peindre la Gloire de Dieu ? Approche iconographique transpériodique
Roberto Fusco (Università Pontificia Salesiana), Altari, pareti e volte “gloriose” a Roma tra Manierismo e Barocco
Vittorio Casale (Università RomaTre), La “Gloria” nella concezione della Chiesa e nell’arte del Bernini

14h30

président de séance Hendrik Ziegler
Mickaël Szanto (université Paris-Sorbonne), La nuit et la Gloire. L’institution de l’Eucharistie de Nicolas Poussin
Maarten Delbeke (Universiteit Ghent / Universiteit Leiden), Glory and Elevation. Miracle Working Statues, Monumental Sculptures and Architecture in the 17th Century Southern Netherlands
Caroline van Eck (Universiteit Leiden), De la Gloire aux glorifications : les transformations anglaises des Gloires romaines et françaises autour de 1700
Mathieu Lours (université de Cergy Pontoise), Le trône et la cathèdre. La monarchie française et les aménagements liturgiques des cathédrales aux XVIIe-XVIIIe siècles
Sébastien Bontemps (Centre allemand d’histoire de l’art à Paris – Deutsches Forum für Kunstgeschichte), L’immanence de la Gloire dans l’espace religieux au XVIIIe siècle : le rapport entre l’ornant et l’orné

 

vendredi 29

9h30

président de séance Sebastian Schütze
Evonne Levy (University of Toronto), Made to Glorify God: Ignatius, and the Jesuits and Problems with Vainglorious Images

Les Gloires princières, du sacré au profane

présidente de séance Michèle Virol
Yann Lignereux (université de Nantes), Une Gloire si discrète : la grâce de François Ier, 1515-1525                       Marie Chaufour (université de Bourgogne), Les métamorphoses des allégories de la Gloire et l’imaginaire monarchique français au XVIIe siècle : autour de Jean Baudoin                                                                                  Alexandre Maral (Château et musée de Versailles), La Gloire de Louis XIV en images, du profane au sacré

14h30

président de séance Vittorio Casale
Michèle Virol (université de Rouen), Les portes de Gloire, les entrées des places-fortes de Louis XIV
Hendrik Ziegler (université de Reims), Gloire céleste et Gloire profane dans l’écriture encomiastique du Roi-Soleil : le Traité des Statuës de François Lemée
Damien Tricoire (Martin Luther-Universität Halle-Wittenberg), Un monument du triomphe après une défaite : l’imaginaire politico-religieux de la Gloire et la colonne mariale de Munich
Sebastian Schütze (Universität Wien), Glorie sacre e profane nella pittura napoletana tra ‘600 e ‘700

De la « vaine gloire » à la Gloire céleste

président de séance Frédéric Cousinié
Claire Mazel (CRHIA, université de Nantes), Corps glorieux. Problèmes de représentation des corps des défunts
Victor Minguez (Universitat Jaume I de Castellón), Poder celestial y poder habsbúrgico: la abdicación de Carlos V y la entrega divina del cetro a Felipe II

 

samedi 30

9h30

président de séance François Boespflug
Rosa De Marco (université de Bourgogne), Le triomphe sur la terre pour la plus grande Gloire de Dieu. Saints et rois dans les fêtes de 1622 en France                                                                                                                                                       Christina Strunck (Philipps-Universität Marburg), “Gloria in extremis”: il catafalco, lo splendore, la corona. Le esequie per Cosimo II de’ Medici e la loro fortuna romana (1621-1666)
Damien Chantrenne (université Paris-Sorbonne / musée d’Art moderne et contemporain de Villefranche-sur-Saône),  Gloires éphémères, de Rome à Paris. L’apport de Pierre Paul Sevin dans la seconde moitié du XVIIe siècle Domenica Sutera (Università degli Studi di Palermo), La rappresentazione della Gloria monarchica attraverso l’effimero nei solenni funerali di Filippo V (1747) e di Carlo III di Borbone (1789) in Sicilia

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search