Connaissance de l’ancestralité et opération généalogique dans la Florence médicéenne (XVIe-XVIIe siècle)

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Olivier Rouchon

Connaissance de l’ancestralité et opération généalogique dans la Florence médicéenne (XVIe-XVIIe siècle)

            L’historiographie récente accorde une attention particulière à ce qu’on peut appeler globalement la culture généalogique des Florentins entre XVe et XVIIIe siècle. Cette tendance ne s’explique pas vraiment par des ressources privilégiées en termes de corpus disponibles. Elle tient plutôt à une évolution des questionnements et un déplacement scientifique qui ont rendu à l’objet lui-même sa centralité et, qui d’autre part, ont permis d’envisager la sphère de l’ancestralité et ses usages sociaux comme une opération dont les procédés peuvent être étudiés pour eux-mêmes, et pour ce qu’ils nous apprennent sur des manières de faire et des manières de penser. Si l’on prend en considération l’espace politique que domine le duc de Florence au XVIe et XVIIe siècle, on peut montrer que la pratique s’articule à des dispositions sociales de connaissance de l’ancestralité qui sont attestées dans les familles comme dans les entreprises savantes. Sous la monarchie médicéenne, les éléments qui entrent dans ces dispositifs assignent la vérité des ancêtres à des repères homogènes (archives, papiers de famille, listes nominales, catalogues de charges, témoignages etc…) et maintiennent globalement l’ascendances des élites dans leurs enracinements citadins. De ce point de vue, l’intervention des hommes de l’art qui participent à l’émergence d’impératifs savants (V. Borghini, S. Ammirato et leurs successeurs) a un rôle important — non pas au titre d’une histoire linéaire du progrès des savoirs historiques — mais pour apprécier la mise en place d’un canon généalogique acceptable dans un monde social qui ressent fortement vers 1570-1610 l’impératif des ancestralités construites. La proximité de certains savants avec le pouvoir médicéen n’est pas le signe d’une restriction de l’autonomie des familles en termes de connaissance d’elles-mêmes et de leur identité sociale prééminente. Cette proximité invite plutôt à s’interroger sur la manière dont l’entreprise généalogique peut faire tenir ensemble des préoccupations princières avec des langages de matrice citadine et patricienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *