L’écriture généalogique comme service littéraire (France méridionale, XVIIe-XVIIIe siècles)

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Valérie Piétri (Université Nice-Sophia Antipolis, CMMC/EA 1993)

Une offrande à la vanité des puissants : l’écriture généalogique comme service littéraire

(France méridionale, XVIIe-XVIIIe siècles)

Cette contribution qui s’inscrit de manière privilégiée au sein de l’axe 3 du colloque, se propose d’aborder l’écriture généalogique comme une configuration particulière du service littéraire dans le cadre d’une pratique généralisée de la polygraphie. En effet, les études du champ littéraire et/ou savant qui se sont développées depuis les années 1990 et le tournant linguistique, ont accordé peu d’attention aux monographies généalogiques qui pourtant foisonnent à partir du XVIIe siècle et à leurs auteurs. Or ces écrits, qu’ils soient imprimés ou manuscrits, ne témoignent pas seulement de l’évolution des cultures généalogiques ou des enjeux sociaux et politiques attachés à la publicisation des prétentions généalogiques. Ils peuvent également permettre d’éclairer des stratégies d’auteurs en quête de patronage et de reconnaisance littéraire ou savante, mais plus largement encore des stratégies de consolidation des relations de clientèle.

 Il s’agit donc de porter une attention spécifique aux écrits généalogiques consacrés à une maison aristocratique et composés par des auteurs qui n’entretiennent pas de lien de parenté avec ladite maison ou qui, éventuellement, en sont les « parents pauvres ». Auteurs de généalogies qui ne sont pas le leur, ils semblent pouvoir être regroupés en trois principaux ensembles :

– Des auteurs qui produisent essentiellement autre chose que des généalogies (belles lettres, histoire, ouvrages religieux ou savants…), mais qui ponctuellement se consacrent à la généalogie pour obtenir la protection d’un grand ou l’en remercier.

– Des auteurs qui se consacrent plus spécifiquement à l’écriture historique et qui trouvent dans l’écriture généalogique un mode d’expression privilégié et une ressource pour l’entretien d’un réseau de protection. Par exemple le généalogiste Pierre d’Hozier, le père Robert de Briançon ou encore Etienne Baluze (dont la figure a été déjà fort bien analysée).

– Des auteurs qui évoluent habituellement hors du champ littéraire et qui exercent des talents relevant des domaines juridiques ou administratifs au service de maisons aristocratiques (secrétaires, feudistes, notaires, avocats, agents seigneuriaux) mais qui trouvent dans la rédaction très ponctuelle d’une généalogie l’occasion de renforcer des liens de clientèle. Le cas de l’avocat François Dozol, auteur d’une généalogie manuscrite de la maison de Grasse en 1730 sera plus particulièrement analysé.

Ce dernier type de configuration, le moins connu nous semble-t-il, constituera le cœur de cette contribution en plaçant la confection des généalogies particulières au croisement du service domestique et du service littéraire. Car si tous les agents au service des maisons arsitocratiques ne rédigent pas de généalogies, nombreux sont ceux qui en fournissent la matière, de manière plus ou moins concertée et élaborée, à l’occasion de leur travail quotidien de gestion et de défense des intérêts patrimoniaux de leurs maîtres.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *