Un généalogiste intégral : Jean-Baptiste L’Hermite (XVIIe s.)

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Claire Chatelain (CNRS, IRHiS-EHESS)

Un généalogiste intégral : Jean-Baptiste L’Hermite (1610 – 16 ?)

Le généalogiste et polygraphe J.-B. L’Hermite a laissé derrière lui une œuvre prolixe (cinq ouvrages de généalogies si l’on compte Les forces de Lyon, sorte de généalogie urbaine, publiée en 1658) comme en d’autres domaines (pièces de théâtre et ouvrage d’histoire). Il reste un personnage à l’itinéraire biographique mal compris. Cadet de l’écrivain Tristan L’Hermite (1601-1655) qui fut l’auteur notamment du premier roman à caractère autobiographique, Le Page Disgracié (1642), Jean-Baptiste partagea les activités d’auteur de son frère tout en faisant figure de repoussoir de celui-ci pour la postérité, pour avoir pourvu la seconde édition du Page (1667) de clés généalogiques. Autant d’entrées dans ce roman picaresque pour y faire entrer une généalogie familiale largement fictive à la gloire de son lignage et de sa noblesse. Mais au prix du détournement du roman.

Bien que la « petite communauté de généalogistes » ne l’ait pas intégré dans ses rangs, il compilait depuis deux décennies déjà des volumes de généalogies au service de commanditaires (l’étaient-ils d’ailleurs vraiment ou souhaitaient-il les en convaincre ?) provenant de son réseau mécénique, en particulier du côté des alliés et protecteurs de sa parentèle maternelle. Sa spécialité était de territorialiser puis de détourner à son profit les ensembles généalogiques ainsi constitués, telle L’Histoire généalogique de la Touraine, enrichie des armes de chaque famille …, publiée en 1665. Non seulement cette Histoire était en effet ornée des armes des patrilignages mis en notices, mais sur chacune de celles-ci figuraient des gravures à la gloire des L’Hermite et de leurs alliés ! De la même manière un peu « amalgamante », cinq de ces ouvrages sont signés du « chevalier L’Hermite du Soliers, dit Tristan », alors que ce dernier était déjà mort lors de la parution des publications en question !

Cette communication pourra s’inscrire dans les problématiques 2 et 3 du colloque en s’attachant à tenter de comprendre les enjeux professionnels et stratégiques de telles publications, en s’attachant ce faisant à analyser les figures de la transmission établies dans les généalogies publiées. Cette question doit être également mise en relation avec la relative position d’indifférenciation de l’identité de Jean-Baptiste à l’égard de celle de son frère aîné Tristan

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *