Démarches généalogiques et transmissions de biens (XVIIe siècle)

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

 

Eleonora Canepari (Oxford)

Au service des héritiers. Démarches généalogiques et transmissions de biens (XVIIe siècle)

La pratique d’établir de léguer des biens et des sommes d’argent aux institutions religieuses (églises et confréries) était très répandue dans la Rome moderne. Il s’agit d’une pratique que l’on peut définir « transversales » aux statuts socio-économiques : en effet, les classes populaires comme les membres de l’aristocratie partageaient cette habitude, pour des raisons variées. Celles-ci relèvent souvent de la volonté de renforcer le lien avec l’institution, même après la mort du testateur, pour les membres de la famille qui restaient.

La propriété à l’âge moderne étant stratifiée, le fait d’être nommé héritier ne garantissait pas nécessairement l’accès aux legs. En effet, lorsqu’elles acceptent les legs et les dons testamentaires, les institutions religieuses mettent en œuvre un processus de reconstruction « philologique » du droit de propriété du testateur. Pour ce faire, elles entreprennent des actions qui croisent souvent la démarche généalogique, et qui, concrètement, portent à la constitution de dossiers au sein des archives de l’institution.

Dans ma communication, je souhaite analyser certains de ces dossiers, en proposant deux cas d’études de testateurs ayant des statuts sociaux très différents (l’aubergiste Lucatelli et la famille Velli de Trastevere). A ces deux cas d’étude plus approfondis, s’ajouteront d’autres exemples dont la source sont les actes notariés (Archivio di Stato di Roma, fonds Trenta notai capitolini et Archivio del Campo Santo Teutonico, la confrérie des « Allemands » à Rome). Dans tous les cas, il s’agit d’hommes et femmes qui ont laissé la plupart de leurs biens à une institution religieuse (par exemple, l’église de Santa Maria in Trastevere dans le cas des Velli).

L’objectif est de mettre en évidence le rôle de l’institution religieuse comme « entreprise généalogique » et productrice de sources, et porter l’attention sur les différents acteurs impliqués dans cette procédure (les autres héritiers, les procureurs, les notaires). Enfin, je souhaite également souligner la « multi localité » qui, dans une ville de migrants comme Rome l’était, caractérisait souvent ces processus de reconstruction des droits.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *