Pratiques généalogiques et parenté à l’époque moderne

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Élie Haddad (CRH-LaDéHis, EHESS)

Pratiques généalogiques et parenté à l’époque moderne

L’idée serait de montrer comment ces pratiques et l’usage des généalogies ont évolué au cours de l’Ancien Régime, à la fois en fonction des changements propres à la noblesse et en fonction de ceux imposés par la monarchie. En insistant sur la pluralité de ces pratiques et de ces usages, je voudrais essayer de montrer comment la pratique généalogique participe, de manière assez complexe, de la façon dont les familles nobles se projettent dans le temps, et du même coup comment elle participe de la mutation générale de la conception de la noblesse.

Je souhaiterais insister sur le fait que, derrière les confections de généalogies patrilinéaires, subsistent d’autres types de généalogies qui indiquent la complexité sociale de la parenté nobiliaire au cours des XVIIe et XVIIIe siècles et son caractère cognatique, malgré l’insistance de plus en plus forte sur une conception patrilignagère des familles nobles. Mon propos prendrait quelques exemples, en s’attachant aussi aux formes matérielles que prennent ces généalogies, et, si je parviens à les documenter, aux rapports qu’entretiennent les familles avec les généalogistes chargés de leur rédaction, notamment avec les généalogistes du roi à partir du milieu du XVIIe siècle.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *