Représentations généalogiques. L’absence des femmes ou une certaine idée de la famille

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Michaël Gasperoni (École française de Rome)

Représentations généalogiques. L’absence des femmes ou une certaine idée de la famille

 

Les généalogies agrémentent nombre de livres d’histoire, anciens ou récents. On a pris l’habitude depuis fort longtemps de représenter les familles sous forme d’arbres, comme métaphore de l’enracinement et des origines ; plus récemment, en écho aux pratiques des anthropologues ou des sociologues, sous forme de graphes, pour symboliser un réseau, l’interconnexion des familles et des individus. Ce qui frappe immédiatement, à la lecture des reconstructions et représentations généalogiques, c’est leur caractère androcentré, et la place secondaire, sinon instrumentalisée, des femmes. Leur absence dans les généalogies, outre d’avoir des conséquences non négligeables dans l’analyse des réseaux, des dynamiques et des stratégies sociales et familiales, témoigne d’une certaine représentation de la famille et de la parenté – qui, dans une société pourtant cognatique, tend à valoriser la parenté agnatique – dont ont hérité les historiens d’aujourd’hui.

On montrera, à travers l’étude d’une population d’Italie centrale, les multiples implications qu’engendre la non-prise en compte ou la méconnaissance des liens utérins dans les reconstructions et représentations généalogiques (aussi bien dans des actes notariés et des enquêtes généalogiques que dans des arbres généalogiques de familles nobles de Saint-Marin et d’Urbino).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *