Culte du purgatoire et angoisse lignagère dans l’Italie du XVIIe siècle

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

Caroline Callard (Université de Paris-Sorbonne)

Un papa, une maman, un fantôme. Culte du purgatoire et angoisse lignagère dans l’Italie du XVIIe siècle

Dans un article séminal, et d’inspiration résolument wébérienne, Natalie Zemon Davis repérait l’apparition, dans les familles italiennes et françaises des XVe et XVIe siècles, de tendances « planificatrices » visant à inscrire l’identité familiale dans une conscience temporelle circulaire où s’engendrent passé, présent, futur (« Ghosts, Kin and Progeny : Some Features of Family Life », Daedalus (196/7), 1977, p. 87-114). La nouvelle solidarité des vivants et des morts s’exprimerait dans un culte des morts qui aurait favorisé l’apparition d’un personnage nouveau : le fantôme de la famille, encouragé par l’Église catholique, constituant les âmes du purgatoire en véritable Age group. Elle oppose à cette famille catholique la famille protestante, vouée au futur, en rupture avec la famille des morts, éternellement projetée vers l’avenir. La présente communication souhaiterait discuter et mettre à l’épreuve l’intuition de l’historienne américaine en examinant le cas de Florence dans la seconde moitié du XVIIe siècle, où l’institution d’un culte pour les âmes du purgatoire s’établit dans un contexte d’intenses recherches généalogiques. On aimerait tenter ici de rapprocher deux domaines d’études ordinairement disjoints : l’enquête sur le culte du purgatoire –pris en charge par l’histoire religieuse – et celle qui concerne les pratiques généalogiques – qui relève de l’histoire sociale des savoirs. De ce croisement peut émerger la définition d’un régime de spectralité spécifique au cas florentin, minutieusement contextualisé, en contradiction, peut-être, avec les ambitions totalisantes de N. Zemon Davis, mais qui en conserve, du moins l’espère-t-on, la force heuristique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *