Les généalogies vénitiennes (XVIe-XVIIIe siècles)

Résumé de la communication prévue dans le cadre du colloque

L’entreprise généalogique, Paris, 27-28 novembre 2014

(http://humanisme.hypotheses.org/434)

 

Dorit Raines (Università Ca’ Foscari, Venise)

Les généalogies vénitiennes (XVIe-XVIIIe siècles): instrument politique, outil juridique

 

 

Lorsque le patricien vénitien Marco Barbaro (1511-1570) rend public, en 1553, son travail sur les généalogies, cette pratique était déjà bien connue en Europe et Italie, surtout en tant que signe de distinction de certaines familles par rapport aux autres. En effet, Barbaro lui-même utilise un format d’arbre horizontal de lignes courbes emprunté en partie aux généalogies françaises, mais il introduit une nouveauté : la généalogie collective, s’appuyant sur les documents d’État. Dans une République où la recherche généalogique s’était limitée, jusqu’alors, aux petites chroniques collectives de familles patriciennes, réservant à chacune peu d’espace, ce nouvel instrument a un demi-siècle devant lui pour inaugurer une nouvelle culture généalogique. Le dix-septième siècle voit le lancement de plusieurs expérimentations : de la tentative d’unifier l’approche graphique et les histoires en forme de chroniques à l’introduction d’une généalogie cognatique, basée sur les liens du mariage, et ce dans le but de se servir de ces réseaux parentaux lors des élections aux offices. Le XVIIIe siècle témoigne, d’une part, de la maturation de l’instrument généalogique comme expression d’un travail de synthèse de documents publics qui fournit un certain nombre de détails sur chaque individu, comme sur sa descendance, en codifiant de la sorte son importance politique et sociale. D’autre part, les patriciens découvrent aussi que la généalogie peut constituer un outil pratique dans le cas de contentieux patrimoniaux et successoraux, mais la généalogie se limite alors à des cas spécifiques ; elle n’est plus collective. La révolution conçue par Barbaro dans un contexte républicaine se transforme vers la fin de l’Etat vénitien en un miroir fidèle de la désagrégation sociale de la classe dirigeante.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.