Du théâtre à la scène du monde. Formes de rébellion et figures de rebelles entre la fin du Moyen Age et l’époque contemporaine

L’Axe 3 sera présent aux prochains Rendez de l’Histoire de Blois qui auront lieu du 9 au 12 octobre 2014 et qui ont pour thème « Les Rebelles » (http://www.rdv-histoire.com)

Il animera une table ronde intitulée

Du théâtre à la scène du monde. Formes de rébellion et figures de rebelles 

entre la fin du Moyen Age et l’époque contemporaine

Modérée par le professeur Laura de Mello e Souza de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), la table ronde s’articulera autour de six interventions qui entendent proposer, dans une approche diachronique et transversale, des regards multiples mais croisés sur la notion et les acteurs de la rébellion, entre le Moyen Age et l’époque contemporaine. Du théâtre comme forme d’expression « rebelle » et contestataire à la question de la rébellion dans l’histoire des religions à travers le cas du judaïsme et du protestantisme, des villes rebelles entre spectacle subversif et répression à l’homme aux multiples rébellions, Gaston d’Orléans, sans oublier une histoire au féminin de la rébellion, les échanges entres les différents intervenants permettront d’éclairer différentes manières de questionner la rébellion comme objet d’histoire entre passé et présent.  

1. Jean-Christophe Attias, Centre Alberto Benveniste et Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, axe 3

 Qu’est-ce qu’un judaïsme rebelle?

En histoire des religions, mais peut-être ailleurs aussi, le sort de la « rebellion » est soit de simplement disparaître (sous l’effet d’une répression, d’un étiolement interne, d’une normalisation), soit de s’institutionnaliser comme norme nouvelle et donc de disparaître, encore une fois, comme « rébellion », soit enfin, de faire semblant de disparaître, de continuer à prospérer clandestinement, et de transformer en profondeur, quoique pas toujours de manière immédiatement perceptible, ce qu’on peut appeler le mainstream. Le cas juif, en ces matières, n’échappe pas à la règle. C’est ce que je me proposerai d’illustrer par quelques exemples qui, tous, devraient démontrer, sans doute assez tristement, que la pensée du « rebelle » d’hier a inéluctablement tendance à se dégrader en idéologie du « conformiste » d’aujourd’hui…

Jean-Christophe Attias est directeur d’études à l’EPHE, où il est titulaire de la chaire de pensée juive médiévale, directeur-adjoint du Centre Alberto-Benveniste d’études sépharades et d’histoire socioculturelle des Juifs, et membre du Conseil scientifique du LabEx EHNE. Dernières publications: Les Juifs et la Bible(Fayard, 2012), Penser le judaïsme (CNRS Editions, 2013).

2. Marie Bouhaïk-Gironès, membre du Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, Axe 3

 La rébellion politique et religieuse sur la scène publique : les formes théâtrales et spectaculaires de la prise de parole contestataire

 De nombreux procès contre les acteurs de représentations théâtrales aux XVe et XVIe siècles montrent que le théâtre était un vecteur privilégié de la polémique et de la rébellion. On présentera donc comment le rire peut être utilisé comme arme de subversion.

 

Marie Bouhaïk-Gironès, historienne, chargée de recherche au CNRS, au Centre Roland Mousnier à Paris IV-Sorbonne, docteur en Histoire de l’Université Paris 7 – Paris-Diderot (2004). Spécialiste de l’histoire des pratiques théâtrales (13e-16e s.), elle s’attache à l’histoire du théâtre comme pratique professionnelle, étudie ses métiers et l’organisation du travail théâtral et travaille également sur le statut de la parole publique sur la scène. De 2005 à 2011, Marie Bouhaïk-Gironès, a travaillé comme chargée de recherche pour l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique à l’Universiteit van Amsterdam, au sein du programme « Law and Drama : how Theatrical Practices are defined by, with, and against the Law in France & French-speaking regions (13th-16th centuries) » (dir. Jelle Koopmans). Elle a enseigné à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris) de 2009 à 2011. Elle a publié notamment Les clercs de le Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420-1550) en 2007 chez Champion, et co-dirigé Le théâtre polémique français (1450-1550) et Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique d’un savoir académique, parus aux Presses Universitaires de Rennes en 2008 et 2010. Elle a coordonné un des derniers numéros de la Revue de synthèse : Pratiques professionnelles de la parole (Europe, 12e-18s.), Revue de synthèse, t. 133, n°2, 2012. Son article « Comment faire l’histoire de l’acteur au Moyen Age ? », paru dans la revue Médiévales 59 (2010) a reçu le Barbara D. Palmer Award for Best New Essay in Early Drama Archives Research  2011 de la Medieval and Renaissance Drama Society.  Secrétaire générale de la Société Internationale pour l’étude du Théâtre Médiéval (SITM) entre 2007 et 2010, elle est membre du comité éditorial de la revue European Medieval Drama (Brepols).

 

3. Laurent Vissière, membre du Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, Axe 3

 Villes en rébellion (XVe siècle)

 A la fin du Moyen Age, de nombreuses villes se rebellèrent contre l’autorité du prince ou du roi, et furent alors assiégées, soumises et sévèrement punies —la répression passe en général par le sac, de lourdes impositions, la perte de privilèges et peut même aller jusqu’à la destruction totale. A la fin du XVe siècle, les ducs de Bourgogne ont ainsi à lutter contre une série de rébellions spectaculaires et rasent des cités aussi importantes que Dinant (1466) et Liège (1468). Charles le Téméraire échoue cependant et meurt devant Nancy en révolte (1477). Une ville rebelle peut également perdre son nom, comme ce fut le cas d’Arras, renommée Franchise par Louis XI en 1479. La question de la rébellion est souvent évoquée aussi dans un contexte de guerres civiles et d’obédiences multiples : c’est notamment le cas au temps de la double monarchie, quand Henri V et Henri VI d’Angleterre contrôlent une partie du territoire français, et qu’ils combattent les troupes du dauphin Charles.

Laurent Vissière enseigne comme maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris-Sorbonne. Ancien membre de l’École normale supérieure et de l’École nationale des Chartes, il est archiviste-paléographe, agrégé d’Histoire et actuellement membre junior de l’Institut universitaire de France. Il a publié sa thèse dédiée à Louis II de La Trémoille (1460-1525) et s’est notamment spécialisé dans l’étude des premières guerres d’Italie, où La Trémoille joua un rôle de premier plan. A ce titre, il s’intéresse beaucoup à la théorie et à la pratique diplomatique entre le royaume de France, les principautés italiennes et les différents États européens de la période. Il consacre ainsi des recherches sur Claude de Seyssel, un important théoricien de la monarchie française à l’époque de  Machiavel et de Thomas More. Et il vient de diriger un ouvrage collectif consacré à 1513. L’année terrible. Le siège de Dijon. Il travaille aussi sur les chevaliers de l’Hôpital, maîtres de l’île de Rhodes au XVe siècle, et prépare un livre sur le siège de Rhodes par les Ottomans en 1480. Il anime par ailleurs avec Bruno Dumézil un cycle de colloques internationaux consacrés à l’épistolaire politique médiéval, qui se sont tenus à Paris, Rome et Sao Paulo.

 

4. Eric Durot, membre associé au Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, Axe 3

 Les huguenots, des rebelles « soubs couleur de religion » (XVIe siècle)

 Depuis l’affaire des placards (1534) mais surtout à partir des règnes d’Henri II (1547-1559) et de François II (1559-1560), le statut des protestants français semble basculer : considérés d’abord et avant tout comme des « hérétiques », ils deviennent au milieu du XVIe siècle des « rebelles » qui agissent « soubs couleur de religion ». La législation évolue dans ce sens à leur égard, d’autant plus que le jeune âge des rois François II et Charles IX (1560-1574), favorise les prises d’armes huguenotes au nom, notamment, de la défense de la royauté et du « bien public ». Mais pour les catholiques, la réforme religieuse ne sert qu’à renverser l’ordre établi et le roi lui-même. Huit guerres de Religion suivront.

Eric Durot, professeur agrégé enseignant dans le secondaire, docteur en histoire moderne de l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) avec une thèse intitulée François de Lorraine (1520-1563), duc de Guise entre Dieu et le Roi, sous la direction du professeur Denis Crouzet (soutenue en 2011), et éditée chez Classiques Garnier en 2012 : le livre a reçu le prix littéraire Georges Sadler de l’Académie de Stanislas de Nancy, en 2012.

 

5. Aubrée Chapy, membre associé au Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, Axe 3

 Anne de France et Louise de Savoie : le pouvoir au féminin face aux rebelles (fin XVe-début XVIe siècle)

 Dans le cadre de l’exercice d’un pouvoir au féminin exercé à la tête du royaume, Anne de France, sœur de Charles VIII et Louise de Savoie, mère de François Ier ont vu se dresser de nombreux rebelles. Des princes menant la guerre folle, avides de pouvoir et brandissant la menace de l’usurpation face à la dame de Beaujeu au Parlement de Paris multipliant les remontrances face à l’action politique de la régente et mère du roi, les rebelles développent un discours ainsi qu’une rhétorique de la justice et de la paix qui a pour ambition de légitimer leur révolte. C’est de la lutte et en réponse aux rébellions -militaires ou politiques- que la régence voit le jour, en tant que nouvelle institution, et que les deux princesses construisirent leur pouvoir au féminin.

Aubrée David-Chapy, agrégée d’histoire, est ATER et chargée de travaux dirigés à l’Université Paris-Sorbonne. Elle achève sa thèse, intitulée Anne de France et Louise de Savoie, du gouvernement à la régence : l’invention d’un pouvoir au féminin, entre fin du Moyen Âge et première Renaissance sous la direction de Denis Crouzet.

 

6. Marie-Catherine Souleyreau, Centre Roland Mousnier, LABEX EHNE, Axe 3

 Gaston d’Orléans, le rebelle et la couronne

 De l’importance diplomatique des révoltes successives du duc d’Orléans entre 1628-1629 et 1635. Héritier présomptif de la couronne, dans un état encore en paix, les faits et gestes de Gaston d’Orléans sont en effet très révélateurs des progrès, aux plans national et international, de l’autorité du roi de France. Richelieu, en 1632-1633, prend la peine d’adresser un courrier aux alliés protestants du roi très chrétien afin de les informer de la soumission de Monsieur. L’entrée en guerre ouverte correspond à une phase de calme relatif du « rebelle », suivie de l’annonce de la grossesse d’Anne d’Autriche qui bouleverse la donne.

Marie-Catherine Souleyreau est docteur en Histoire et ingénieur d’études à l’Institut de Recherches sur les Civilisations de l’Occident Moderne (université de Paris-Sorbonne). Elle a consacré sa thèse à Richelieu et la Lorraine et travaille à la publication de la correspondance du cardinal de Richelieu pour les années 1632-1642. Quatre volumes sont parus à ce jour : pour les années 1632, 1633 et 1634 (en deux tomes pour cette dernière année). Elle est membre du groupe d’études sur l’histoire des Trois-Evêchés. Elle est également l’auteur d’une biographie « grand public » de Richelieu.

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *