L’abbé de Cîteaux et la direction de l’ordre cistercien (1584-1651)

Bertrand MARCEAU, membre du Centre Roland Mousnier, a soutenu sa thèse de doctorat le 22 juin 2013 à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). La thèse, intitulée : L’abbé de Cîteaux et la direction de l’ordre cistercien (1584-1651), a été dirigée par le professeur Alain Tallon, membre du comité scientifique de l’Axe 3 du Labex EHNE. 

L’abbé de Cîteaux et la direction de l’ordre cistercien (1584-1651)

Dans le contexte des chocs de la première modernité et de la réforme catholique qui suit le concile de Trente (1545-1563), Cîteaux, abbaye ancienne consciente de sa place et de son histoire dans l’Église, a été exemptée de la commende. Cette exemption conserve les abbés réguliers et leur permet de diriger et de réformer l’ordre en adaptant ses institutions aux exigences réformatrices. Le temps n’est plus, comme à la fin du XVe siècle, où l’on demandait la suppression des moines blancs. Si l’ordre est dans un état qui peut apparaître déplorable, en raison des pillages et des démembrements consécutifs aux guerres de religion en France et en Europe, les assises de la future reprise sont déjà visibles. Après les premiers essais de réforme tridentine, Edme de La Croix, nouvel abbé de Cîteaux (1584-1604), réussit après une préparation longuement contrariée à réunir en mai 1601 le plus grand chapitre général de l’ordre de Cîteaux tenu à l’époque moderne. Cette réunion capitulaire, qui élabore un vaste programme de restauration de la règle cistercienne en accord avec les décrets tridentins, est le premier effort systématique de l’ordre pour répondre à l’esprit du concile. Alors que le « Grand chapitre » adopte le texte le plus long et le plus abouti de son histoire, commencent pour Cîteaux des évolutions notables, avec la naissance et l’affirmation des congrégations cisterciennes. Le cadre européen qui a présidé à l’expansion de l’ordre depuis sa fondation en 1098 est certes partiellement brisé au XVIe siècle par les Réformes et par la constitution de congrégations nationales en Castille, en Toscane et en Lombardie, en Haute-Allemagne, en Calabre et en Lucanie, en Aragon, en Irlande, et au Portugal. Au surplus, la naissance de l’étroite observance ajoute à la division, dans la mesure où une partie des jeunes religieux aspirent à renouveler l’austérité primitive en suivant le modèle de saint Bernard de Clairvaux et en imitant la congrégation des Feuillants, séparée de Cîteaux à la fin du XVIe siècle.

La crainte d’un schisme interne à l’ordre aboutit à la redéfinition des filiations en provinces et à la répartition du pouvoir des pères généraux au profit des vicaires généraux et des présidents de congrégations. Le gouvernement de l’ordre est devenu difficile dans le cadre étroit des institutions anciennes, et même impossible lorsque les autorités séculières interdisent à l’abbé de Cîteaux de jouer son rôle directeur, comme en Castille : Philippe III interdit en 1604 l’entrée de son royaume à l’abbé général, qui ne peut achever son inspection des monastères cisterciens catalans et meurt dans l’attente à Barcelone. La contestation se fait jour autour du nouveau gouvernement de l’ordre, ce qui est visible à travers les luttes de l’abbé de Cîteaux et des premiers pères (La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond), luttes auxquelles les religieux étrangers prennent une part active. Les évolutions institutionnelles offrent de nouveaux postes à pourvoir, à l’instar des vicaires généraux. Cet ordre, qui paraît en crise, connaît en conséquence une vie riche de nouveautés affrontées aux traditions, de conflits entre religieux habitués aux privilèges anciens et moines ayant soif de changement et de réforme.

Au centre de la direction se place le problème complexe des rapports entre l’abbé de Cîteaux, le chapitre général, les abbayes-filles et les pouvoirs extérieurs à l’ordre. L’abbé général, qui accepte mal la formation des sentiments nationaux, doit diriger un ordre troublé par l’autonomie croissante de certaines des congrégations. En effet, en dépit de la faiblesse de ses membres et de la poussée des ordres nouveaux, l’ordre cistercien conserve un maillage territorial serré, le réseau dense de monastères s’étendant encore à l’échelle de l’Europe catholique, de la Pologne au Portugal, et des Pays-Bas espagnols à la péninsule italienne. Certes, la sécularisation des abbayes dans les pays réformés a amputé l’ordre cistercien d’un grand nombre de monastères, supprimant la présence cistercienne des terres anglaises ou scandinaves. Mais les liens de juridiction et de charité avec les abbayes des pays catholiques obligent l’abbé général à mener une politique souple de cohésion autour de l’identité bernardine, garantie par les privilèges pontificaux et par l’exemption de l’ordinaire. L’attention portée aux conjonctures politiques et religieuses locales est primordiale, le soutien des protecteurs temporels s’avérant indispensable.

Le but de cette recherche est de composer un tableau sinon complet, du moins représentatif de chacun des axes de la politique abbatiale. Dans la mesure où la matière est abondante, nous nous sommes particulièrement intéressés aux conflits de juridiction et à leur résolution, qui mettent en lumière la répartition des pouvoirs à l’intérieur de l’ordre. Les déchirements entre les deux observances, qui n’ont pas eu pour conséquence la division de l’ordre, contrairement à Cluny, sont un exemple concret de la capacité de négociation des religieux, qui défendent farouchement l’autonomie de l’ordre monastique face aux interventions des pouvoirs séculiers. Si la conciliation a pris la forme du chapitre général de 1651 puis de la bulle In suprema (1666), fixant la nouvelle répartition des pouvoirs entre anciens et nouveaux observants, c’est grâce au travail patient des abbés réguliers auprès de Rome et de la cour de France.

Si le schéma simplificateur qui n’associe à l’ordre que crises et décadence dans la période moderne n’est plus de mise, il apparaît ainsi que le rôle primordial de l’abbé ne peut se résumer à la gestion d’un long déclin. Comme son abbaye, il ne relève que du Saint-Siège, et il prête serment entre les mains du roi. Officiant avec les ornements épiscopaux depuis le XIVe siècle, général de Cîteaux (titre d’usage constant à Rome comme à Cîteaux), « Abbé des abbés » selon l’assemblée des évêques, de droit conseiller-né au Parlement de Bourgogne, l’abbé défend avec force l’unité de l’ordre sous son égide. L’étude du rôle de l’abbé de Cîteaux se fait au double point de vue du pouvoir, celui de la direction et celui de la réforme de l’ordre. Le problème posé est celui de l’évolution du gouvernement abbatial, et ne se réduit pas à un prisme biographique.

Les limites chronologiques correspondent à la séquence chronologique postérieure au concile de Trente s’étendant sur un gros demi-siècle, car il paraît utile de poser la question de l’évolution du gouvernement sur un temps suffisamment long. Toutefois, dans la mesure où Cîteaux connaît ses logiques propres, la périodisation est particulièrement centrée sur les questions internes à l’ordre : réformer pour durer, adapter les structures aux bouleversements post-tridentins. Le siècle des abbés de Cîteaux peut se diviser commodément en deux parties : d’abord la réforme de l’ordre depuis 1584 puis la naissance des deux observances (1604- 1622), lorsque le gouvernement est assuré par les abbés Edme de La Croix puis Nicolas Boucherat ; puis le poids du siècle, autrement dit le temps des cardinaux, La Rochefoucauld d’abord puis Richelieu (1622-1642). Cette dernière période permet de mettre en lumière le fonctionnement de la direction cistercienne lorsqu’elle est partiellement dépossédée de ses pouvoirs par l’intervention de cardinaux non profès de l’ordre : Pierre Nivelle, abbé de Cîteaux (1625-1635) mal élu et forcé à la démission, offre l’exemple d’un gouvernement qui est amputé de ses prérogatives traditionnelles du fait de la pression cardinalice. Après une période d’affrontements postérieure à la mort de Richelieu (1642), la domination des anciens sous l’abbatiat de Claude Vaussin (1643/1645-1670), qui succède à Richelieu après deux élections controversées, peut être lue comme la restauration de l’idéal de direction abbatiale, qui prélude au nouveau cadre juridique issu des négociations internes à l’ordre et sanctionnées par le Saint-Siège par différentes bulles. Désormais, et jusqu’à la Révolution française, aucune réforme de grande ampleur n’est imposée à l’ordre de l’extérieur, et ses structures de gouvernement sont dans l’ensemble bien fixées.

À la fin du XVIIe siècle, l’ordre s’est réformé, appliquant sinon la lettre, du moins l’esprit des principes du concile. Ses structures institutionnelles ont évolué, laissant une large autonomie aux congrégations, certaines fidèles à Cîteaux, comme celle de Haute-Allemagne ou celle d’Aragon, et d’autres entièrement émancipées, comme celle de Castille. Dans ce contexte de recomposition, l’abbé de Cîteaux a recentré le gouvernement de l’ordre sur les abbayes du royaume de France et des provinces limitrophes (établissements flamands, comtois, germaniques ou savoyards) ou éloignées (catalans, silésiens, bohêmes ou autrichiens) fidèles à la mère commune de l’ordre, ce qui n’a pas été sans douleurs. De l’abandon de la vision globale du triptyque fondation-expansion-déclin, qui conduit à la décadence puis à la réforme, se dégage la possibilité d’une étude globale des spécificités du réseau monastique cistercien transnational à l’époque moderne. La reconstruction mémorielle et parfois historiographique, en ne mettant l’accent que sur l’étroite observance ou sur la réforme de Rancé, laisse en effet de côté la majeure partie de l’ordre. Les équilibres médiévaux, nés des compromis après la forte expansion de l’ordre et notamment des filiations de Morimond et de Clairvaux, sont obsolètes au XVIe siècle, et l’unité et le rassemblement des abbayes se sont effectués au prix de concessions, mais non de la division. Malgré les déchirements et les observances, le souhait du maintien de l’unité de l’ordre repose sur la notion du bien commun à tous les fragments monastiques cisterciens : la famille autour du Novum Monasterium.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.