Construction de la féodalité et liens vassaliques en Orient latin (1095-1291)

Florian BESSON prépare actuellement une thèse de doctorat sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : Terram Hierosolymitanam rexerunt1. Construction de la féodalité et liens vassaliques en Orient latin, de la première croisade (1095) à la chute de Saint Jean d’Acre (1291) 

La première croisade (1095 – 1099) aboutit à la création de plusieurs États latins en Orient : le royaume de Jérusalem, la principauté d’Antioche, le comté d’Édesse et le comté de Tripoli. Dans ces États dont l’espérance de vie sera variable, les croisés recréent de manière progressive des institutions qui leur sont familières, toutes articulées sur une relation fondamentale qui unit, dans un rapport d’association sans cesse renégociable, le seigneur et les pouvoirs secondaires. Il s’agira d’interroger cette relation multiforme, qui dessine un système complexe d’obligations et de services mutuels, lequel est à la base de ce que l’on nomme la féodalité. Loin d’être un système rigide, la féodalité est au contraire un système souple et organique dans lequel le pouvoir circule d’une façon extrêmement dynamique entre le suzerain et le vassal, mais aussi dans tout le tissu social. C’est précisément la circulation de ce pouvoir qui sera inscrite au coeur de ce travail de thèse.

En croisant les situations des différents États latins, on tentera à la fois d’éclairer l’un par l’autre et de rendre à chacun ses spécificités. Il s’agira donc ici de se pencher sur la constitution du domaine royal, sur les relations entre les suzerains et leurs vassaux, sur la façon dont la société féodale règle les conflits, forcément très nombreux étant donné que tous les chevaliers sont engagés dans des rapports d’émulation, sur les institutions – politiques, juridiques et sociales – mises en place au cours du temps et figées au XIIIème siècle avec les Assises de Jérusalem ou d’Antioche. On se penchera aussi sur la façon dont les sources reproduisent et adaptent le schéma des trois ordres (laboratores, bellatores, oratores), autrement dit sur la fabrique d’un imaginaire social qui est l’une des bases de la féodalité. Enfin, on tentera au maximum de croiser les sources occidentales avec les sources indigènes (chroniques arabes, byzantines, arméniennes), notamment pour se demander dans quelle mesure les éléments qui font la spécificité du système féodal sont perçus par les autres.

  1. Foucher de Chartres, « Ils régnèrent sur la terre de Jérusalem » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *