La séparation des couples à la fin du Moyen Age

Stéphanie RICHARD prépare actuellement une thèse de doctorat sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle s’intéresse à la problématique de la séparation des couples à la fin du Moyen Age en prenant en compte l’étude de la deuxième maison d’Orléans (1392-1498). 

Le terme « séparation » est polysémique. D’une part, l’utilisation de ce mot attire l’attention sur une dynamique (action de se séparer de son conjoint), associée à certains processus (juridiques par exemple) ; mais elle permet aussi de prendre en compte un état (deux époux vivant l’un sans l’autre, selon des modalités variables).

D’autre part, la séparation conjugale recouvre des réalités de natures différentes. Si on laisse de côté le cas de figure particulier de la dissolution du lien matrimonial par la mort, les séparations des époux du vivant même des conjoints se présentent sous des formes variées. Premièrement, la fin de la vie commune peut être obtenue par une décision de justice ecclésiastique : au bas Moyen Âge, ces situations recouvrent principalement la déclaration de nullité (qui, à la différence d’un divorce, ne rompt pas le lien, mais fait valoir que celui-ci n’a en réalité jamais existé), et les séparations autorisant les conjoints à ne plus vivre ensemble sans qu’il y ait pour autant fin de l’union (separatio quoad bona et separatio quoad thorum). D’une autre manière, on peut également s’intéresser aux situations d’éloignement plus ou moins temporaires des conjoints, sans modification juridique des liens matrimoniaux unissant ces personnes. Il s’agit de périodes survenant dans la vie de tous les couples au Moyen Âge ; elles peuvent être regroupées en deux ensembles, en distinguant entre les séparations souhaitées par au moins l’un des deux membres du couple (conjoint retiré du siècle, souhaitant vivre seul dans une autre résidence…) et les séparations involontaires (époux en voyage, captif…).

Dès lors, il apparaît pertinent de retenir comme cadre chronologique d’étude la période des XIVe et XVe siècles. Le droit canon, qui régit le droit matrimonial, étant à ce moment établi dans le Corpus iuris canonici commenté à de multiples reprises, il est possible d’aborder la question de l’intériorisation des normes mises en place par l’Eglise en matière de vie conjugale, et celle de l’adéquation entre les principes légaux et leur application réelle. En outre, les conflits fréquents, en particulier dans le contexte de la guerre de Cent ans, entraînent les maris loin de leur famille pour des durées variables : si la séparation des couples au quotidien au Moyen Âge a toujours été assez fréquente, le phénomène paraît accentué à cette période.

Dans ce cadre, la recherche porte sur un ensemble de cas particulier : les couples mariés de la deuxième maison d’Orléans. Cette perspective résulte d’abord du constat que l’analyse des relations de parenté dans l’aristocratie a été, pour les XIVe-XVe siècles en France, quelque peu mise de côté au cours des dernières années. En outre, les vies maritales des ducs et duchesses d’Orléans forment un observatoire particulièrement pertinent pour l’étude de la séparation conjugale : par exemple, Valentine Visconti, soupçonnée d’avoir empoisonné Charles VI, se voit contrainte de vivre éloignée de la cour parisienne et par conséquent de son mari Louis Ier d’Orléans pendant plus de dix ans ; Charles d’Orléans, capturé à la bataille d’Azincourt en 1415, passe vingt-cinq années de son existence en Angleterre, loin d’une conjointe qu’il ne revoit finalement jamais puisque Bonne d’Armagnac décède avant son retour, vers 1435 ; enfin, avant d’obtenir la déclaration de la nullité de leur union, Louis II d’Orléans évite autant que possible la compagnie de sa disgracieuse épouse Jeanne de France pendant les vingt-deux ans de leur mariage. Ces cas attirent donc l’attention sur des séparations fréquentes, contraintes (résultant d’un éloignement forcé du conjoint ou bien de son épouse) ou volontaires.

Problématique : le fonctionnement du couple conjugal, entre complémentarité et autonomie des conjoints

La diversité des cas de figure rend nécessaire de réfléchir à un mode pertinent de catégorisation des séparations conjugales, qui dépasse la seule bipartition entre altération judiciaire du lien matrimonial et simple éloignement. Or, la séparation est une action qui peut résulter d’une décision de la part de l’un ou des deux époux, voire d’aucun d’entre eux lorsque l’on considère le cas où ils obéissent à une condition extérieure (familiale, sociale ou autre). Cette décision à l’origine de la séparation, et la façon dont cette dernière s’organise après son déclenchement, éclairent les stratégies des individus vis-à-vis de leur conjoint, de leur famille, et de la société dans son ensemble. Une nouvelle ligne de partage peut donc être établie, opposant cette fois les absences de vie conjugale qui résultent de la volonté d’au moins l’un des membres du couple, aux séparations provoquées par des circonstances extérieures. A l’intérieur de chacun des groupes ainsi définis, il est alors nécessaire, dans un deuxième temps, d’étudier la façon dont s’organise la rupture ou l’éloignement après son événement initiateur, en évaluant à quel point les conjoints ou les anciens époux contrôlent le fonctionnement de la séparation. Chacune des catégories de la typologie construite sur ce fondement apporte alors un éclairage différent sur le fonctionnement du couple.

En effet, la catégorie des couples séparés par la volonté des époux met l’accent sur un phénomène, la séparation conjugale, à la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire à une période où les prescriptions de l’Église en matière de mariage et d’indissolubilité du lien sont bien établies. Par ailleurs, dans le milieu aristocratique français des XIVe-XVe siècles auquel appartiennent les couples de la deuxième maison d’Orléans, les stratégies matrimoniales occupent toujours un rôle important dans les stratégies familiales plus larges. Dès lors, il peut paraître difficile aux couples de se séparer. Pourtant ces cas existent. Que révèlent-ils du degré d’autonomie du noyau conjugal dans la société? Que nous apprennent-ils aussi à propos du degré d’autonomie de chacun des membres du couple, lorsque la volonté de séparation n’émane que d’un seul des conjoints ?

La catégorie des époux séparés hors de leur propre volonté, de façon évidente, élimine l’examen des logiques présidant à la décision des conjoints de se séparer. Elle invite donc à se focaliser davantage sur les modalités de l’organisation de la séparation forcée, et à voir en quoi ces modalités se conforment ou non aux principes imposés par la famille ou la société. Elle permet ainsi d’analyser les formes de complémentarité qui s’installent entre deux individus qui ne souhaitaient pas rompre leurs relations, à travers l’adoption d’objectifs communs ou par la reconfiguration des rôles endossés par chacun. Ces modalités révèlent aussi l’influence éventuelle des stratégies familiales plus larges dans les actions des conjoints. Enfin, cette étude appelle à mettre en évidence les éventuels décalages entre cette complémentarité en pratique et les théories y ayant trait directement ou indirectement.

En associant étude de l’autonomie des époux vis-à-vis d’autres structures sociales, et examen de la complémentarité des conjoints, l’analyse de la séparation conjugale, envisagée sous l’angle de son organisation matérielle, permet donc de construire un projet d’étude visant à mieux évaluer le rôle de la structure conjugale dans la haute noblesse.



Thématiques et enjeux historiographiques :

Ce projet a vocation à servir de grille de lecture pour répondre à deux problèmes plus larges. D’une part, dans le cadre de l’histoire de la famille, cette focalisation sur le couple permettra de réévaluer l’importance de la cellule conjugale et du lignage, dont les rôles en tant que formes de parenté structurantes pour les individus sont toujours discutés pour les XIVe et XVe siècles. D’autre part, la question de la séparation des couples a trait à l’histoire des femmes et du genre, en proposant une nouvelle approche du statut des femmes au Moyen Âge, tout en ouvrant sur l’approfondissement de notre compréhension des rôles sexuels masculins et féminins ainsi que de leur recomposition éventuelle.

Sources :

L’analyse s’appuie sur un corpus de sources vaste, dans lequel on peut distinguer deux catégories :

  • d’une part, les sources produites par les conjoints eux-mêmes. Cette documentation est, pour la deuxième maison d’Orléans, dispersée à travers de nombreux fonds d’archives: Bibliothèque nationale de France, Archives nationales, archives départementales (Cher, Loiret, Loir-et-Cher,…), archives et bibliothèques municipales, British Library, etc.,
  • d’autre part, les sources émanant d’autres entités.

Le premier ensemble invite à considérer un champ diversifié de sources.

La correspondance privée des époux, incluant non seulement les lettres que les conjoints s’envoient l’un à l’autre, mais aussi des missives que les époux peuvent échanger avec d’autres membres de leur famille, éclairent la façon dont les conjoints organisent la séparation (de leur propre chef, en collaboration l’un avec l’autre, ou sous l’influence plus ou moins implicite d’autres individus) au quotidien comme à l’occasion d’événements plus exceptionnels.

La documentation comptable, moins directement explicite, est néanmoins riche d’informations. Par exemple, elle révèle les aspects plus proprement financiers des séparations, permet de reconstituer les périodes d’éloignement entre les conjoints et offre également un aperçu des échanges entre les époux pendant ces périodes.

Les actes politiques, de même que certains actes juridiques, renseignent sur la façon dont s’organise l’exercice du pouvoir en l’absence de l’un des conjoints.

La seconde catégorie de sources regroupe les documents n’émanant pas directement du couple.

La documentation judiciaire (en particulier dans cette recherche, les actes de procédure en nullité) met en lumière les arguments, et donc les intérêts des deux parties concernées par la modification potentielle du lien matrimonial existant. Elle témoigne aussi de ce qui est jugé recevable en la matière par les autorités compétentes en matière de mariage.

Les documents à vocation normative (droit canonique, coutumes, écrits des théologiens et des moralistes laïcs…) permettent d’évaluer l’écart entre les visées théoriques et la réalité des comportements conjugaux.

Enfin, les sources littéraires, telles que les chroniques et les annales, présentent un double intérêt. D’une part, elles permettent d’enrichir les informations à notre disposition en comblant les lacunes laissées par la disparition de certaines archives. D’autre part, elles trahissent l’opinion du rédacteur, mettant ainsi en lumière le décalage entre les représentations de la séparation et la pratique, et la façon dont ce décalage pouvait être perçu et vécu.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search