Imprimeurs et milieu du livre (Venise, fin XVe-début XVIe siècle)

Catherine KIKUCHI a commencé, à la rentrée 2012, un travail de thèse de doctorat sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle s’intéresse aux imprimeurs et au milieu du livre à Venise à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, plus précisément de 1468, date du premier livre imprimé à Venise, au début des années 1530. Les bornes chronologiques définissent une période d’installation de l’imprimerie et de transition dans les modalités du commerce et de la production du livre à Venise, après l’impression du premier livre dans la lagune en 1468 par Johann de Spire. Au cours de ces évolutions, Venise devient la première ville productrice de livres imprimés en Europe à la fin du XVe et au XVIe siècle.

Il s’agit d’interroger ce développement spectaculaire de l’imprimerie à Venise à travers une double problématique d’intégration et d’adaptation.

D’un côté, nous avons un métier nouveau, qui se développe en dehors des cadres institutionnels des arts et des corporations. En effet, la première corporation des imprimeurs et libraires vénitiens nait en 1549. Les rapports avec le pouvoir vénitien ne passent pas par les canaux habituels, alors même que la Seigneurie est consciente du potentiel économique et culturel de cette nouvelle industrie. Les imprimeurs et libraires créent progressivement un nouveau circuit commercial, celui du livre imprimé, qui adapte ou s’affranchit de celui préexistant du livre manuscrit. La nouveauté de cette activité crée également des incertitudes quant au statut social qu’il faut conférer à ses acteurs. Certains indices montrent en effet que les inégalités de richesse et de prestige social étaient très importantes entre imprimeurs ou libraires. Alors que certains semblent davantage appartenir à l’artisanat ou au petit commerce, d’autres au contraire se rapprochent de l’élite citoyenne, voire patricienne dans certains cas. Les critères de distinction doivent être affinés.

D’autre part, les imprimeurs exerçant à Venise sont pour la plupart d’origine extérieure à Venise, si ce n’est à l’Etat territorial vénitien. Dans les premières années, la majorité d’entre eux sont d’origine germanique, à l’image du premier imprimeur vénitien, Johann de Spire1. Mais d’autres communautés étrangères ont également contribué au développement de l’imprimerie à Venise ; c’est notamment le cas de la communauté grecque. La communauté juive de Venise, si elle n’est pas directement étrangère, a également largement contribué au développement de l’imprimerie hébraïque, notam- ment dans le cadre de l’entreprise typographique de Daniel Bomberg2. Leur activité était extrêmement instable et précaire, comme le montre le grand nombre d’imprimeurs qui ne poursuivent par leur activité dans la ville au-delà d’un an3. Il s’agit également de comprendre comment ces artisans et marchands étrangers se sont organisés en dehors des cadres institutionnels, et comment ils se sont ou non intégrés dans la société urbaine de Venise. Les scuole vénitiennes constituent un bon premier point d’observation pour l’intégration de ces individus dans des cadres propres à la ville ((Ce point a connu une première étude par Christina Dondi dans « Printers and Guilds in Fifteenth-Century Venice », La Bibliofilia, 106, 3, 2004.)). Mais les relations familiales, matrimoniales, d’amitié permettent également de mieux comprendre à la fois le fonctionnement interne de la nouvelle industrie, ainsi que l’intégration de ses membres dans la société vénitienne. Certains deviennent des acteurs des sociabilités vénitiennes, investissent dans l’immobilier et le foncier vénitien, s’ancrant ainsi profondément et durablement dans la société d’accueil.

À la lumière de ces questionnements, je cherche à combiner différentes approches qui me permettent de rendre compte du monde social qu’était le milieu du livre à Venise entre 1468 et 1530. Je cherche notamment à utiliser divers outils de sciences sociales afin d’étayer ma démarche.

Mon travail s’appuie en particulier sur l’apport des travaux effectués sur l’histoire des étrangers et de l’immigration ainsi que sur l’histoire des milieux artisanaux à la fin du Moyen Âge. Les études concernant les étrangers dans les villes et les métiers italiens sont nombreuses et permettent des points de comparaison intéressants4. Je souhaite également m’appuer sur la sociologie de l’immigration. Les travaux fondateurs de Georg Simmel sur l’étranger, ceux de l’école de Chicago au début du XXe siècle et plus récemment les travaux sur l’immigration en France autour de Pierre Bourdieu et d’Abdelmalek Sayad nous donnent des clefs d’analyse utiles, même pour l’étude de l’immigration médiévale. Les questions de l’altérité, de l’extranéité et de l’intégration nécessitent une réflexion de fond afin d’éviter la naturalisation de la catégorie même d’étranger.

Par ailleurs, je souhaiterais utiliser la méthode de l’analyse de réseau développée en sciences sociales mais également utilisée en histoire5. Il s’agit d’une étude formalisée des liens qui existent entre différents individus. Les ego-réseaux – réseaux centrés sur un individu – peuvent permettre de voir plus précisément l’insertion individuelle des individus étudiés. D’autre part, des réseaux constitués par un type de liens spécifiques permettent de faire apparaître certaines proximités. Ainsi, une analyse du réseau professionnel des imprimeurs et éditeurs a permis de faire apparaître la très forte cohésion des Allemands, ainsi que quelques individus servant de pivot avec certains groupes italiens.

Enfin, l’étude d’un milieu social telle que j’essaie de le faire nécessite une approche prosopographique des imprimeurs et libraires vénitiens entre 1468 et 15306. Cette approche prosopographique est à combiner avec des études de cas individuelles, des biographies qui en faisant jouer les échelles d’analyse, permettent de mieux comprendre le rapport entre l’individu, sa position dans la collectivité et les mécanismes sociaux contemporains7. Cette approche mêlant prosopographie, parcours de vie individuel et analyse des réseaux et des structures sociales et économiques a été développée pour l’époque moderne par les travaux de la microstoria8.

  1. Le rôle que les Allemands ont pu avoir à certains moments cruciaux du développement de l’imprimerie à Venise a été étudié entre autres par Martin Lowry dans « Venetian Capital, German Technology and Renaissance Culture in the Fifteenth Century », Renaissance Studies, 2, 1988, et par Philippe Braunstein dans « Les Allemands et la naissance de l’imprimerie vénitienne », Revue d’études italiennes, 27-4, 1981 []
  2. Voir notamment Umberto Fortis, Editoria in ebraico aVenezia, Vérone, Arsenale Ed., 1991 []
  3. Catherine Kikuchi,«Des Vagabonds des lettres?Les typographes à Venise aux temps des débuts de l’imprimerie», Précarité, instabilité, fragilité au Moyen Âge, journée d’études de Questes des 14-15 juin 2013, à paraître aux PUPS []
  4. On pense notamment aux travaux de Giuliano Pinto sur les étrangers dans la ville médiévale ; de Franco Franceschi sur les Allemands et l’art de la laine à Florence ; d’Uwe Israel sur les Allemands dans les villes alpines ; et de Knut Schulz sur les migrations artisanales à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne ; les travaux de Donata De Grassi, notamment L’Economia artigiana nell’Italia medievale, Rome, La Nuova Italia Scientifica, 1996, sont également précieux []
  5. De nombreux travaux ont été effectués en histoire moderne et contemporaine. En histoire médiévale, on peut en  particulier citer l’article d’Isabelle Rosé, « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moyen Âge », Revista hispana para el analisis de redes sociale, 2011 []
  6. On se référera pour cela aux travaux majeurs en histoire médiévale d’Hélène Millet et de Christiane Klapisch- Zuber, ainsi qu’à la thèse de Thierry Kouamé. En histoire contemporaine, des réflexions intéressantes ont été menées par Claire Lemercier et Emmanuel Picard, notamment dans « Quelle approche prosopographique ? », dans Biographie et prosopographie, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011 []
  7. Voir notamment Thierry Dutour, « L’Approche biographique des personnages secondaires : le cas de Guy VI de la Trémoille (1343-1397) », dans Problèmes et méthodes de la biographie, Paris, PUF, 1985 []
  8. Simona Cerutti, La Ville et les métiers: naissance d’un langage corporatif, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 1990 ; Giovanni Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989 ; Sabrina Loriga, Soldats : un laboratoire disciplinaire, Paris, Les Belles Lettres, 2007, pour ne citer que ceux-ci []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *