Fonds Colbert : L’Europe et le monde sous verre

Il y a quelques mois, un ensemble important de boîtes en bois contenant des photographies sur plaques de verre pour projection datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ont été découvertes dans les placards du lycée Colbert dans le Xe arrondissement de Paris, par Madame Laurence Giordano, professeure d’histoire.

plaque2

L’enseignement à l’aide de plaques de verre à la fin du XIXe et au début du XXe siècles

D’après les rapports sur l’éducation populaire de 1895 et 1903 écrits pour le Ministère de l’instruction publique, les conférences populaires connaissent un grand développement à cette époque. Dans ce contexte, un système de prêts de vues et de leurs notices explicatives est mis en place dans toute la France par le Musée Pédagogique avec l’aide de la Société Nationale des Conférences Populaires. Ces conférences étaient organisées par différentes institutions et sociétés, notamment la Société d’Enseignement Moderne, qui dispensait des cours du soir pour adultes dans de nombreuses écoles parisiennes, ainsi que des conférences avec projections. L’une des écoles concernées est le lycée Colbert, à l’époque une école municipale supérieure. 

Les plaques de verre pour projection du Lycée Colbert : une représentation française du monde de la Belle Époque

Ce fonds est constitué de 42 boîtes contenant en tout 1816 plaques. Pour l’essentiel, elles sont classées par pays ou groupe de pays et par régions françaises. Elles présentent en majorité des paysages ruraux et urbains de France, de nombreux pays européens (Italie, Espagne, Démarque, Autriche-Hongrie…) et extra-européens (Indochine, Antilles, Etats-Unis, Amérique du Sud…). Ces plaques étaient utilisées lors de projections pour les élèves comme matériel pédagogique, mais aussi lors de conférences populaires, organisées pour un public d’adultes.

Un fonds original

Les plaques découvertes au lycée Colbert sont presque toutes issues du catalogue Radiguet & Massiot, une entreprise de photographie et d’appareils de projection qui avait racheté le fonds photographique d’une autre compagnie, Molteni. Certaines photos sont également marquées du nom de deux autres photographes, Mazo et Fescourt. Molteni puis Radiguet & Massiot publiaient chaque année un catalogue de leur collection de vues photographiques pour projection. Trois éditions se trouvent à la BNF (site Richelieu) mais la plus récente d’entre elles date de la fin du XIXe siècle. Seul un petit nombre des plaques du fonds Colbert y a été identifié, indiquant que beaucoup sont postérieures à ce catalogue. Un nombre important de plaques pédagogiques de ce type – environ 25000 – sont conservées au Musée de l’éducation de Rouen, héritier du Musée pédagogique. Cependant les premières recherches confirment le caractère largement inédit du fonds Colbert qui s’est constitué indépendamment de celui du Musée Pédagogique. D’autre part le fait que le fonds Colbert représente un ensemble homogène composé uniquement de photographies constitue un autre élément de son originalité : parmi les plaques conservées au Musée de l’éducation on trouve par exemple aussi de nombreuses reproductions d’œuvres, d’art ou de gravures sur des thèmes très variés. S’il existe des fonds similaires provenant d’autres écoles françaises, ils ne nous sont pas connus.

plaque1

Valorisation du fonds Colbert

Les photographies du « fonds Colbert » représentent un ensemble homogène, qui offre l’opportunité d’une exploitation scientifique d’ensemble recoupant tous les thèmes du Labex. L’équipe pédagogique du lycée Colbert et le LabEx EHNE collaborent pour valoriser et exploiter ce fonds. La première démarche a été d’ordre pédagogique dans le cadre d’ateliers qui ont démarrés en octobre 2013. À ces ateliers participent des élèves de 3 niveaux (seconde, première et terminale), qui travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doc du Labex et Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe genre du Labex, ont animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de 4 thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman, la représentation des femmes. Pour chaque thème 10 photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour illustrer leurs travaux qui a été mis en ligne par le Ministère de l’éducation nationale (http://archives-colbert-ehne.fr)

Une exposition au lycée Colbert est prévue en printemps 2014. Un projet de valorisation de plus vaste ampleur va être mis en œuvre. La démarche sera d’ordre scientifique et intégrera une présentation du fonds, une série d’analyses thématiques, une ou plusieurs exposition. Le fonds sera également valorisé dans le cadre de l’Encyclopédie EHNE et fera dans les mois qui viennent l’objet de plusieurs communications scientifiques. Cette démarche sera également pédagogique dans le cadre d’une exploitation de grande ampleur articulée sur les programmes d’enseignement de plusieurs années. Les bases d’un partenariat sont en cours d’élaboration avec l’Inspection générale d’histoire.

page de présentation officielle : http://www.labex-ehne.fr/europe-1900/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.