Epistolaire politique : lettres et réseaux

epistolaire-juste

 

Sao Paulo, Brésil

15-17 avril 2014

Colloque organisé par Laurent Vissière, Bruno Dumézil et Marcelo Candido da Silva

 

Après trois rencontres consacrées à « Gouverner par les lettres » (Paris, 2009), « Authentiques et autographes » (Paris, 2010) et la « Lettre d’art » (Rome, 2012), le présent colloque entend ainsi étudier les correspondances politiques médiévales, non comme une somme de pièces individuelles, mais comme le témoignage d’un système d’interrelations complexe et en constante évolution. L’histoire sociopolitique du Moyen Âge se nourrit de concepts allogènes et le terme de réseau est employé avec régularité depuis deux décennies. Inconnu des auteurs anciens, il permet cependant d’appréhender le lien tissé entre l’individu et le groupe, ainsi que la nature-même du groupe envisagé. Les réseaux d’amitié ou de convivialité, qui ont toujours existé, ne laissent pas forcément beaucoup de traces écrites, mais parmi celles-ci, les correspondances constituent le témoignage le plus tangible, parfois le plus éclatant, de tels réseaux.

Les échanges multiples et répétés de lettres révèlent délicats à analyser. Les affaires privées peuvent y côtoyer la haute diplomatie, l’anecdotique se mêler à l’essentiel. Certains correspondants disposent de positions institutionnelles fortes alors que d’autres en sont visiblement dépourvus. Peut-être ce caractère composite du réseau témoigne-t-il du caractère essentiellement personnel de la relation de pouvoir à l’époque médiévale.

Les réseaux épistolaires ont généralement une histoire. S’ils peuvent en partie être hérités, leur développement par un acteur donné prend souvent des formes spécifiques. À ce titre, ils peuvent disparaître ou se perpétuer sur plusieurs générations. De tels réseaux admettent également une géographie et une sociologie. Selon le temps, un individu donne en effet la priorité à un espace ou à un groupe particulier, délaissant au besoin les correspondants qui ont cessé de lui être utiles.

Les réseaux médiévaux ne sont certainement pas interchangeables. Certains sont modestes, d’autres considérables. Centres et périphéries peuvent en outre varier. Au sein de l’arborescence, des acteurs intermédiaires peuvent s’affirmer et profiter de leur position pour opérer une médiatisation profitable à leurs intérêts. Dans tous les cas, le réseau se prête à la modélisation, que les outils informatiques ont récemment permis d’affiner. De telles compilations des données permettent de prendre conscience des extensions, des rétractions, des interruptions, voire des parasitages d’un système d’échange à une date donnée.

Ceux qui contrôlent un réseau ont-ils toujours conscience de leur son existence ?  Une certaine fierté semble exister chez les épistoliers qui peuvent se targuer de correspondants prestigieux. La publication de volumes de lettres constitue à ce titre un puissant instrument de publicité ; à tort ou à raison, elle place l’auteur de la collection au centre du réseau. La diffusion régulière de nouveaux volumes reflète d’ailleurs l’évolution du réseau et de sa composition. Mais il arrive aussi que tel acteur ne publie pas telle lettre, ou qu’il s’invente un correspondant opportun. Le réseau proclamé est parfois trompeur.

Fantasmé ou non, un réseau épistolaire est-il toujours intégrateur ? Cela semble être le cas pour des puissances comme la papauté : la chrétienté occidentale peut en effet être conçue comme l’espace irrigué par les lettres pontificales. Mais il existe aussi des réseaux exclusifs qui permettent à un acteur de définir les frontières étroites de sa domination. Certains groupes épistolaires peuvent en outre laisser à leur porte des individus jugés indésirables qui, malgré un rapport de pouvoir, se trouvent mis au ban de l’échange.

Programme

episto progr

Programme PFD : Epistolaire IV, Programme-1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search