Tous les Deables d’Enfer, 1480

 « Tous les Deables d’Enfer »

Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480

volume sous la direction de Laurent Vissière et Jean-Bernard de Vaivre à paraître chez Droz en 2014

rodi

Au printemps 1480, les Ottomans mirent le siège devant la cité de Rhodes, capitale de l’ordre de l’Hôpital, et, durant trois mois, jour et nuit, ils pilonnèrent les murailles de leurs bombardes géantes. Mais les défenseurs, galvanisés par le grand maître, Pierre d’Aubusson, résistèrent avec acharnement, contraignant les envahisseurs à rembarquer sans gloire. Des deux côtés, on eut recours aux armes les plus modernes —l’artillerie, les feux artificiels, les machines infernales—, mais aussi à la guerre psychologique, aux espions et aux traîtres. Le siège s’acheva sur une série d’interventions miraculeuses qui auraient mis en fuite les Turcs, alors même qu’ils s’étaient emparés d’une portion des remparts. L’étrange victoire des Chevaliers face à un ennemi réputé invincible fut l’un des événements les plus médiatisés du xve siècle, comme en témoigne l’extraordinaire floraison de récits parvenus jusqu’à nous. Si certains sont souvent cités, comme ceux de Guillaume Caoursin, Mary du Puis et Giacomo della Corte, d’autres étaient au contraire totalement inconnus, comme l’Histoire journalière, le journal prodigieusement détaillé d’un défenseur. Le présent volume propose la première édition scientifique de l’ensemble de ces textes, rédigés en moyen français, en italien, en latin et en turc, ainsi qu’un florilège de récits de pèlerins, passés par Rhodes au lendemain du siège, traduits de l’allemand, de l’italien, du latin, du néerlandais, du tchèque et de l’hébreu. Soit une cinquantaine de témoignages au total. Un dossier iconographique exhaustif et une série de cartes viennent encore enrichir le volume.

« Tous les Deables de l’Enfer »:  Accounts of the Ottoman Siege of Rhodes in 1480.

In the spring of 1480 the Ottomans laid siege to the town of Rhodes, the headquarters of the Order of the Hospital. For three months, night and day, they bombarded the walls with their giant cannon, but the defenders, galvanized by the Grand Master Pierre d’Aubusson resisted fiercely, forcing the invader into inglorious retreat. Both sides used the most modern weapons, artillery, artificial fire  and infernal machines, and they also employed psychological warfare involving spies and traitors. The siege ended with a series of miraculous events which supposedly put the Turks to flight, even though they had taken part of the ramparts. The Hospitallers’ unlikely victory over an enemy who was reputedly invincible became one of the most highly publicized events of the century, as is demonstrated by the surviving  accounts.  Some, for example those of Guillaume Caoursin, Mary du Puis and Giacomo della Corte, are frequently quoted; others are completely unknown, such as the extraordinarily detailed Histoire journalière  written by one of the defenders. The present volume presents the first scientific edition of these texts which are in French, Latin, Italian and Turkish, together with a selection of accounts written by pilgrims who visited Rhodes just after the siege; these are translated from German, Italian, Dutch, Latin, Czech and Hebrew. There are in all some 50 witnesses. A complete iconographic dossier and a series of plans enrich the volume.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search