Communitas regni. Colloque, Nancy, 6-8 novembre 2014

Le Centre Roland Mousnier, le GDR “Les Capétiens et leur royaume” et le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire de Nancy organisent, avec le soutien du Labex EHNE, un colloque intitulé :

Communitas regni

La « communauté du royaume » (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie), de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, théories et pratiques

Nancy – 6 novembre – 8 novembre 2014

communitas

MSH Lorraine

91, avenue de la Libération – NANCY Salle Internationale (3e étage)

Contact : Evelyne.Giorgi (at) univ-lorraine.fr

Coordination scientifique :

Dominique Barthélemy (Paris-Sorbonne), Isabelle Guyot-Bachy (Université de Lorraine),

Frédérique Lachaud (Université de Lorraine), Jean-Marie Moeglin (Paris-Sorbonne)

La notion de communitas regni, ou universitas regni, est familière aux historiens des grands mouvements politiques de l’Angleterre du XIIIe siècle, qu’il s’agisse de l’épisode de la Grande Charte ou du mouvement des barons de 1258. L’expression renvoie parfois exclusivement aux grands seigneurs du royaume, qui sont alors les seuls à dialoguer avec le roi, mais, dans certaines circonstances, elle désigne clairement l’ensemble du peuple. Face au roi, la revendication politique put s’appuyer sur ce type de solidarité, dont le serment mutuel permettait la consolidation, et elle s’exprima dans des grands conseils ou des assemblées. Les associations qui prenaient la forme d’une communitas regni n’étaient toutefois pas une singularité anglaise ; dans d’autres royaumes européens, des mouvements semblables furent bien à l’œuvre pendant cette période.

Au-delà de cette définition étroite, la notion de communitas regni recouvre toutefois des réalités plus fondamentales : le fait même que l’expression puisse renvoyer au peuple suggère l’identification d’une population à un royaume. Les facteurs culturels, le sentiment d’une ascendance commune, la perception du territoire, la pratique d’une même langue purent contribuer à fonder le sentiment d’une identité commune ; mais, dans la période qui va du XIe au XIIIe siècle, l’expérience politique partagée et l’allégeance à un roi furent des facteurs peut-être tout aussi essentiels dans ce processus d’identification, comme le suggère le cas de l’Écosse, marquée par la diversité linguistique et culturelle, mais définie comme un royaume par une volonté politique commune, dont l’action des Gardiens du royaume après la mort accidentelle d’Alexandre III en 1286 rend bien compte.

Afin de comprendre la pertinence de la notion de communitas regni pour une histoire des pouvoirs au Moyen Âge central, plusieurs voies d’analyse semblent possibles. On doit ainsi s’interroger sur l’articulation entre roi, couronne, communitas regni et royaume. L’allégeance au roi apparaît en effet comme un élément essentiel de la construction de la communitas regni, comme de l’émergence et de la consolidation des royaumes : le test de la succession permet de voir à quel point la dynastie royale était un support fondamental de cette consolidation, la perpétuation des structures de pouvoir s’avérant compromise quand la succession était mal assurée. Mais cette allégeance pouvait se fondre dans la notion plus générale d’allégeance au royaume, qui impliquait par exemple la prise d’armes pour la défense du royaume face aux ennemis, comme des obligations d’ordre juridique et fiscal. L’expérience du gouvernement collectif au service de la royauté contribuait également à construire le sentiment d’appartenance à la communauté du royaume. Ici, l’ordre administratif, visible par exemple dans l’imbrication des juridictions, ou dans le développement de la notion d’office, apparaît comme un élément fondamental de la construction de la communauté du royaume, bien au-delà de la vision d’une hiérarchie structurée par la délégation de l’autorité royale. Un autre pôle d’affermissement de la communitas regni était constitué par les libertés, les privilèges et les droits que le roi partageait et qu’il devait lui-même respecter.

Il faut être également attentif à la perception que la communitas regni avait d’elle-même, se projetant par exemple dans le passé : les narrations historiques voire mythologiques apparaissent comme un élément essentiel de cette perception. Dans le domaine de la théorie des pouvoirs, et du langage politique, l’idée de res publica, de bien commun, ou les métaphores du discours politique doivent aussi retenir l’attention dans cette perspective : l’expression communitas regni s’insère en effet dans un vocabulaire politique large, et n’exclut pas d’autres formulations exprimant l’idée de communauté.

Enfin, la communauté du royaume pouvait être menacée par les facteurs de division, de dissension, des césures diverses. Cela doit aussi amener à se poser la question de la viabilité des royaumes doubles, ou des constructions « impériales », comme l’« Empire angevin », reposant sur des territoires dotés de peuples, de coutumes et de cultures différents.

C’est autour de ces différentes questions qu’un colloque aura lieu du 6 au 8 novembre 2014 à la Maison des Sciences de l’Homme (Nancy) dans le cadre de l’Université de Lorraine, coorganisé par l’UMR 8596 Roland Mousnier, le GDR « Les Capétiens et leur royaume », et le Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (CRULH), avec le soutien du labex EHNE L’approche comparative de la question (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie) et la confrontation des historiographies devrait permettre d’offrir des voies nouvelles à la réflexion sur les structures politiques du Moyen Âge central.

PROGRAMME (version PDF : communitas)

Jeudi 6 novembre 2014

Matinée :

 

10h Accueil des participants et ouverture du colloque

10h30 Le pouvoir royal et les institutions du royaume

Michel Bur  (Université de Lorraine – Institut de France) : « A la recherche de la communitas dans les textes du XIIe siècle »

Jörg Peltzer (Université d’Heidelberg) : « Les grands offices de cour en Angleterre (XIIe – milieu du XIVe siècle) »

Après-midi 

 14h La communitas regni, droit et théorie politique

 Yves Sassier (Université de Paris-Sorbonne) : « Les aspects juridiques de la communauté de royaume »

Karl Ubl  (Université de Cologne) : « Existe-il une communauté du royaume dans l’Empire ?  La théorie politique en l’an 1300 »

Discussion

Pause

 Lydwine Scordia (Université de Rouen) : « Les fondements de la communitas regni dans le royaume de France au tournant du XIIIe et du XIVe siècle »

Frédérique Lachaud (Université de Lorraine-CRULH Metz) : « La communitas regni dans la théorie politique du royaume d’Angleterre (fin du XIIe-début du XIVe siècle) »

Georg Jostkleigrewe (Université de Münster, RFA), ” terra – populus – rex. La communauté du royaume vue de dehors”

 Discussion

Vendredi 7 novembre 2014

 

Matinée

 

9h30 Le roi et les princes

Rolf Grosse (Institut Historique Allemand, Paris ; Université d’Heidelberg) : « Les princes comme capita rei publice. Le royaume de Germanie aux XIe et XIIe siècle »

Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne – EPHE-IUF) : “Chevalerie et communauté de royaume à la bataille de Bouvines (1214)”

Laurence Moal (Université de Bretagne occidentale) : « La Bretagne et la communitas regni sous le règne de Pierre de Dreux (1213-1237) »

Après-midi

 14h La communauté réalisée

Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne – EPHE) : “La communitas regni et les ‘relations internationales'”

Jean-Christophe Blanchard (Université de Lorraine), “La communitas regni au miroir de  l’armorial de Wijnbergen”

Discussion

Pause

Gregory Cattaneo (Université de Paris-Sorbonne) : « La communauté sans royaume dans l’Islande médiévale »

Corinne Peneau (Université Paris-Est Créteil) : « La communauté du royaume dans le royaume de Suède aux XIIIe et XIVe siècle”

Alice Taylor (King’s College London): “Officials, lords and the political community in Scotland under Alexander III” 

Discussion

Samedi 8 novembre 2014

 

Matinée

 

9h30 Communitas regni, guerre et relations internationales

Xavier Hélary (Université de Paris-Sorbonne) : « ‘Les noms des barons et grands chevaliers du roi’ : les ressources militaires de Philippe le Bel »

Isabelle Guyot-Bachy (Université de Lorraine) : « Les guerres de Flandre dans le processus de formation de la communitas regni »

 Pause

Alexis Charansonnet (Université Lumière Lyon 2) : « La croisade, facteur unifiant ou facteur dissolvant de la communauté du royaume ? Une comparaison France-Angleterre (ca. 1230-ca. 1270)

Discussion

Bruno Lemesle (Université de Bourgogne) : “Conclusions”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.