Bilan final de l’axe “Humanisme européen”

Le LabEx EHNE disparaît en 2020. Au terme de près de huit années de travaux, un bilan a semblé utile.

Un humanisme européen

L’axe 3 s’était donné la mission d’explorer l’histoire de l’Europe à travers le prisme des identités culturelles et religieuses du continent. Sous le vocable d’humanisme, il devait questionner l’invention de la notion d’Europe à l’âge humaniste (XVe-XVIe siècles), dans une double référence à l’Antiquité classique et biblique. Les intellectuels de la Renaissance avaient inventé là une nouvelle échelle, héritière de l’Empire romain et de la Chrétienté médiévale, tout en s’en distinguant. L’Europe était la rencontre, définie dans l’Espace et le Temps, de ces deux universaux perdus – la Rome classique, vouée à dominer et civiliser le monde entier, et la Rome chrétienne, destinée à convertir et sauver toutes les âmes pour l’éternité.

De cette double référence partagée, qui enfanta l’idée d’Europe à la Renaissance, allait découler une conséquence bien plus durable pour l’histoire du continent : une tension déchirante entre la nostalgie de ces deux rêves de culture, de paix et d’unité communes et l’affrontement sans fin de leurs héritiers – États, principautés et nations issues du morcellement politique, d’une part, Églises et confessions issues de la Réforme de 1517, d’autre part.

Il fallait donc aussi interroger l’utilisation de ces modèles passés pour forger de nouvelles fictions de culture, de paix et d’unité, plus ou moins réalisées, dans une Europe divisée et brisée à l’issue du double effondrement de l’Empire antique et de la Chrétienté médiévale : République des lettres et des sciences, société des princes, concert diplomatique et pax europeana. Ces rêves nouveaux, construits sur les ruines des précédents, dépassent l’humanisme de la Renaissance et ont des échos jusqu’à nos jours.

Questionner l’Europe des cultures et des religions

L’axe a donc questionné cette Europe – prenant conscience de soi dans ses divisions et se projetant dans une double référence à une Antiquité classique reconstruite et à une Chrétienté écornée – à travers une grille à cinq entrées :

  • Les “humanités” gréco-romaines comme identité d’une Europe possible
  • Deux modèles réciproques : l’Europe et la République des Lettres
  • Le pouvoir et les écrits (littérature, histoire, écrit administratif)
  • L’Europe des religions, entre soi et les autres
  • L’Europe des cultures de paix et des rêves d’unité

Bien entendu, ces différentes interrogations n’avaient rien d’exclusif et ont souvent été menées conjointement par une même étude ou un même programme.

Un effort tendu vers le collectif

L’axe avait été construit sur une équipe de recherche – le centre Roland Mousnier – c’est donc en équipe qu’il a principalement travaillé.

Le gros de l’effort a été porté par la soixantaine de colloques et de journées d’études organisées avec son soutien. Tous les espaces du continent ont été représentés, de la Grèce contemporaine à l’Écosse des Lumières, de l’Italie médiévale à la Russie de Pierre Le Grand – et même jusqu’aux colonies et aux espaces de présence des Européens outre-mer. Si quelques colloques avaient une échelle micro-analytique (Salonique, ville Juive ; Culture littéraire à Arras), les congrès posant leur question à l’échelle de l’Europe – réunissant des spécialistes des différentes régions du continent dans une triple quête des particularités locales, des circulations et des structures transnationales – s’est vite imposée comme une marque de fabrique des événements de l’axe.

Ces colloques et journées d’études ont permis de faire avancer chacun des questionnements qui s’étaient posés et de faire émerger la pertinence, dans la longue durée, du concept d’humanisme au sens large (rapport au passé et à la littérature, rapport au pouvoir et aux religions, rapport à soi et à l’autre, rapport à la paix et au désir d’union) pour comprendre l’histoire de l’Europe, de la fin du Moyen Âge à nos jours.

Des publications nombreuses

Aujourd’hui, une moitié des actes de ces congrès a été publiée et d’autres sont en bonne voie de l’être, soit dans la collection du LabEx chez Peter Lang (Tatiana Baranova-Debaggi, Nathalie Szczech et Marie Bouhaïk-Gironès, Usages de la polémique, 2016), soit chez les partenaires traditionnels du centre Roland Mousnier (Champ Vallon, Classiques Garnier).

À côté de ces travaux collectifs, l’axe a aussi soutenu des ouvrages monographiques, comme le Charles Quint, empereur d’une fin des Temps (Denis Crouzet, 2016) – réflexion sur les injonctions contradictoires qui pensaient sur un homme pensant devoir sauver l’unité politique et religieuse de l’Europe, face à l’Autre venu d’ailleurs (le Turc, l’Indien) et face à l’effondrement de la Chrétienté dans le schisme protestant. Fallait-il agir chrétiennement et pacifiquement ou en César glorieux et passer l’hérétique au fil de l’épée ?

Coopérer à travers des programmes de recherche

Une partie du travail de l’axe s’est incarnée dans les programmes collaboratifs, en partenariat avec d’autres institutions – notamment avec les universités de Florence, de Grenoble, de Lyon et l’École française de Rome.

À côté de programmes déjà lancés, auxquels l’axe s’est associé en cours de chemin, comme les cycles “écritures grises” (2012-2014) et “épistolaire politique” (2010-2014), deux grands chantiers ont été ouverts à partir de nos thématiques propres.

Le premier – Orateurs à l’âge de l’humanisme (2016-2018) – s’est intéressé à la figure par excellence des lettres classique : celle de l’orateur. Au fil de quatre journées d’étude à Grenoble, Paris et Rome, il a interrogé le métier d’orateur, les orateurs plurilingues, le théâtre et le rapport avec le public. Il a réuni une quinzaine de chercheurs français et italiens, permettant de mieux comprendre cette figure centrale de la culture humaniste de l’Europe de la Renaissance.

Le second – homillustres (2017-2020) – a questionné l’appropriation du genre antique des catalogue d’hommes illustres (de Viri illustribus) de Cornelius Nepos, Suétone, Jérôme, etc. par les humanistes de la Renaissance et sa transformation en un outil de construction d’un passé, de modèles éthiques et d’une identité de groupe. À travers un séminaire et une série de colloques et de journées d’études à Lyon et Rome, il s’est penché sur les recueils d’origine monastique, sur l’existence du genre dans le monde musulman, sur les “panthéons” d’hommes illustres de la Renaissance, sur le poids de la Réforme sur l’évolution du genre, et sur le revers du genre – les hommes de l’ombre.

Histoire et humanisme – les grands ouvrages de l’axe

À la moitié et à la fin de son parcours, l’axe s’est penché sur l’Europe des humanistes et celle des historiens. Les quatre rencontres données à ces occasions forment un apport décisif de l’axe à la recherche sur l’Europe.

Deux rencontres, en 2016 et 2019, ont voulu questionner le rapport des historiens à l’Europe. La première s’est interrogée sur la conscience européenne et le rapport au passé à travers l’usage de la catégorie “Europe” – comme une échelle et un objet d’analyse – par des historiens du XXe siècle, venus d’horizons et de régions diverses. La seconde a réfléchi au legs d’un d’entre eux – Pierre Chaunu, maître du désenclavement géographique, thématique et méthodologique de l’histoire européenne. Ces deux rencontres ont permis de mettre en évidence la quête d’une écriture “humaniste” de l’histoire, cherchant à dépasser les déchirements du continent dans la quête d’un “sens”, transcendant les spécificités et les différences.

Les deux autres, en 2018 et 2019 ont interrogé la notion même d’humanisme. La première a questionné la diffusion de cette contre-culture italienne et urbaine à travers le continent, dans des milieux et des contextes extrêmement divers. La seconde s’est plus spécifiquement penchée sur son rapport avec le pouvoir politique, tant dans le travail quotidien des chancelleries, que face aux événements extraordinaires des Guerres de Religion. Elles ont permis la révision d’une bonne partie du concept – de sa géographie à ses acteurs, de son rapport à la culture qui lui préexiste à ses liens avec les déchirements du continent.

Et au-delà…

Bien que le LabEx s’arrête, le projet de l’axe III se poursuit dans l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe.



Citer ce billet
Axe 3 - EHNE (2020, 1 décembre). Bilan final de l’axe “Humanisme européen” L'Humanisme européen . Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pqg9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search