Le feu et la folie. L’irrationnel dans la guerre (fin du Moyen Age -1920)

Laurent Vissière (centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne) et Marion Trévisi (Université d’Amiens), organisent un colloque intitulé

Le feu et la folie

L’irrationnel dans la guerre de la fin du Moyen Age à 1920

Le colloque aura lieu du 22 au 23 octobre 2014 à l’Université d’Amiens.

guerre

 

La guerre, aurait dit Clemenceau, est une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires. La guerre implique en effet un investissement tel en ressources et en hommes (voire en âmes), elle comporte de tels risques pour les princes et les États qui s’y adonnent qu’ils ne peuvent la lancer, la mener et la finir à la légère. Les grands penseurs et théoriciens politiques de la Renaissance —Léonard, Machiavel, Claude de Seyssel…—, ou plus tard, Clausewicz, Voltaire, se sont tous penchés sur le fait militaire, dont ils ont voulu donner les principes raisonnés et rationnels. Les romanciers de la guerre (comme le capitaine Danrit) ont imaginé les guerres modernes, telles qu’elles devraient être menées. Le rêve d’une guerre idéale côtoie ainsi souvent les utopies politiques, ce qui suppose que l’on peut mener les hommes, à la paix comme à la guerre, par la raison. Evidemment, on a souvent écrit que la guerre était une pure folie, comme Herman Melville, que « tout ce qui touche à la guerre est une gifle au bon sens ». Mais la rencontre d’Amiens n’a pas pour objet d’apporter un jugement moral sur le fait militaire ou de le condamner. Il s’agit bien au contraire de mettre en valeur toute la part d’irrationnel qu’un conflit, de quelque nature qu’il soit, présuppose, véhicule et construit. La guerre, où l’on peut à tout instant donner et recevoir la mort, use en particulier de toute la palette des peurs —l’angoisse sourde, la psychose, la panique, la terreur eschatologique. Si la bataille donne lieu à la folie furieuse ou la fureur sacrée et permet l’expérience ultime du sacrifice de soi, l’attente est propice aux visions morbides ou délirantes, aux rêves plus ou moins prémonitoires, aux cauchemars glacés. L’irruption de la déraison se fait aussi bien chez l’individu que dans le groupe, et la panique peut s’emparer de tout un territoire en l’absence du moindre danger réel. C’est également dans les moments de tension extrême qu’interviennent les forces surnaturelles : vierges guerrières, puissances tutélaires, signes dans le ciel, et d’un miracle peut dépendre toute une bataille. L’irrationnel est d’ailleurs loin de se limiter au temps même de la guerre, puisque les morts continuent longtemps à hanter la conscience des survivants, sous la forme de songes, d’apparitions et de fantômes. En raison de l’expérience traumatique qu’ils ont subie, les rescapés d’un conflit connaissent aussi la folie, qu’ils peuvent parfois traduire par la plume ou le pinceau, donnant naissance à ce qu’on a appelé un « art halluciné ».

            La rencontre d’Amiens entend traiter cette question de la guerre et de l’irrationnel sur le long terme, de la fin du Moyen Âge à la fin du premier conflit mondial, et dans une optique résolument pluridisciplinaire.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search