Jacques Davy du Perron (1556-1618) : passeur entre les mondes européens

Monument de Jacques Du Perron dans la Cathédrale de Sens (Photo : Paul Maeyaert)

Colloque international,
Université de Paris-Sorbonne
Paris, 22-23 novembre 2019
Organisation : Mark Greengrass et Lana Martysheva
Avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de l’Axe 3 (L’humanisme européen) du Labex EHNE
Contact: lana.martysheva@gmail.com ; m.greengrass@sheffield.ac.uk

Argumentaire

Pourquoi consacrer un colloque à Jacques Davy du Perron (1556-1618) ? Prélat, cardinal, diplomate, courtier, poète et rhétoricien, sa vie traverse plusieurs mondes, en France et en Europe. Méconnue des non-spécialistes, cette figure emblématique et incontournable de son époque fournit une opportunité heuristique que ce colloque vise à exploiter.

Le nom de Du Perron n’a pas perdu soudainement de sa notoriété. En 1622, l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac n’écrivait-il pas à Richelieu qu’il était destiné à « remplir la place » du prélat trépassé ? Au tournant du XVIIIe siècle, si Richelieu était à la tête du premier volume des Hommes illustres de Charles Perrault, c’est Du Perron qui occupait cette même place dans le second. Mais il s’agissait déjà d’un moment de déclin de la gloire de ce dernier. Du Perron perdait son statut de protagoniste de l’Histoire. Le constat d’un écart de perception, la chose est bien connue, constitue une porte d’entrée dans une époque. Il s’agit alors de donner sens à la résonance d’une voix, et d’une plume, qui s’étaient imposées non seulement en France, mais bien au-delà encore.

Du Perron est un cas de figure à la fois exceptionnel et représentatif. Exceptionnel par son incroyable ascension sociale : converti et autodidacte provenant d’une famille obscure, il a pu se faire une place à la cour et, avec le temps, devenir archevêque, cardinal et grand aumônier. Représentatif des « obsessions » de son époque : la possibilité de cette carrière, avant tout due à sa capacité de mener la controverse et de convertir les protestants, montre l’importance accordée par l’Église catholique et par la monarchie française à ce phénomène.

Ce colloque n’envisage pas de réaliser une biographie de Du Perron, ni de dresser le bilan de ses œuvres. Il propose plutôt de le considérer en tant que passeur entre différents mondes : le polymorphisme de Du Perron – homme de lettres, prélat et courtisan – fournit une opportunité d’observer concrètement comment, dans l’Europe de la fin du XVIe siècle et du début XVIIe siècle, les enjeux confessionnels, politiques, littéraires et sociaux s’entremêlent dans un nœud presque inextricable, et qui en fait gagne à ne pas être délié. Ce colloque ne peut donc qu’être pluridisciplinaire. Les axes que ce colloque cherche à explorer sont :

  • Une Europe connectée : débats ecclésiastiques à travers les frontières
  • La Rome pontificale et la France : acteurs de dialogue
  • Littérature et politique
  • Hommes de lettres à la cour royale
  • Stratégies intellectuelles de réussite sociale
  • Enjeux et construction de réputation
  • Rapports interconfessionnels
  • Controverse et conversion religieuses
  • Construction de l’héritage intellectuel, postérité des œuvres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.