L’entreprise généalogique : pratiques sociales et imaginaires généalogiques en Europe (XVe-XIXe siècle)

f42r Stéphane Jettot et Marie Lezowski (Centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne) travaillent à l’organisation d’un colloque international prévu les 27 et 28 novembre 2014 :

L’entreprise généalogique

Pratiques sociales et imaginaires généalogiques en Europe (XVe-XIXe siècle)

Depuis plusieurs décennies, de nombreuses enquêtes ont été consacrées aux opérations mémorielles. Dans notre époque « présentiste », ce phénomène s’est parfois accompagné d’une focalisation excessive sur une mémoire-patrimoine, contribuant à instrumentaliser le passé par des commémorations consensuelles ou des usages communautaristes.

Mais historiens, anthropologues et philosophes ont aussi souligné le caractère inventif et stimulant des effets de remémoration. Réfléchir sur les « usages du passé », sur les manières dont les individus et les groupes sociaux réinventent la tradition et les origines permet de jeter une lumière nouvelle sur la fabrique des représentations sociales. Ainsi, les pratiques généalogiques ne sont plus systématiquement associées à l’érudition tatillonne de quelques hérauts d’armes ni à la vanité nostalgique de quelques grandes familles. Divers travaux nous ont fait voir qu’elles relevaient d’une aspiration propre à une large partie de la société et dont la trace est décelable dans un nombre considérable de textes manuscrits ou imprimés. La question qu’il convient de poser au discours généalogique est moins celle de sa véracité que des motivations qu’il exprime dans des contextes sociaux particuliers.

Il s’inscrit dès le XVe siècle dans le contexte d’un élan humaniste européen auquel participent les élites urbaines italiennes et flamandes, puis s’invite ensuite dans les affrontements confessionnels et contribue tantôt à durcir tantôt à dépasser les identités antagonistes. Il fait aussi l’objet de règlementations administratives destiné à imposer un contrôle régalien sur les origines familiales. Mais cette ambition n’est jamais réalisée, les généalogistes des monarchies espagnoles, anglaises ou françaises n’obtiennent pas le monopole d’une pratique érudite qui reste négociée entre les familles, l’érudit et les autorités en place. Les enquêtes de noblesse au temps de Louis XIV ou sous les Stuarts avec les visitations reposent sur ces formes de médiations. A partir du XVIIe siècle, la démarche généalogique se détache des motivations dynastiques et gagne l’espace public à partir de la mise en série des récits familiaux. Le discours généalogique se commercialise sous la forme d’histoires régionales ou nationales ou bien de recueils de blasons, de dictionnaires.

Ces thématiques ont été jusqu’à présent étudiées dans des historiographies nationales. Ce colloque international se propose de les aborder dans un cadre européen et dans une perspective comparatiste. Notre ambition sera de confronter, dans chacune des sessions, les terrains et les approches, afin de faire se rencontrer, sur chacune des questions soulevées par l’entreprise généalogique, des spécialistes d’histoire sociale française, britannique, italienne et germanique et, en contrepoint, extra-européenne.

Quatre axes de recherche peuvent être envisagés :

1 – L’écriture généalogique à l’épreuve des événements

On pourra définir sur le long terme (XVe-XIXe siècles) des évolutions marquantes dans les pratiques généalogiques, déceler des effets de rupture déterminé par les affrontements confessionnels ou les révolutions. A ce titre la présentation d’autres modèles généalogiques (Amériques, Japon, Empire Ottoman) pourrait permettre d’éclairer par contraste un éventuel modèle généalogique européen.

2 – Figures de la transmission lignagère 

 Il faudrait ensuite aborder l’élaboration et les configurations formelles des discours généalogiques : la remarquable diversité des genres discursifs employées (pedigree, biographies, mémoires, chroniques, recueils et dictionnaires) et des supports matériels (manuscrits, publications, monuments, tableaux). Le passé familial se laisse formuler en termes de savoirs écrits et oraux mais également par des métaphores et des images (bâtiments, jardins, arbres) ainsi que par des représentations des liens de parenté (lignages patrilinéaires ou matrilinéaires) et par les discours autour de la pureté du sang et de la race.

3 – Réseaux, enjeux sociaux et circulation du travail généalogique

L’objectif est de rechercher la place respective des réseaux de sociabilités érudites, des ressources archivistiques et des institutions régulatrices. Dans cette perspective, on sera sensible à l’identité sociale des généalogistes. Ces érudits peuvent être des pères de famille, aussi bien que des professionnels rémunérés pour leur travail. L’influence des clercs et de l’histoire sacrée locale dans l’élaboration des récits de famille méritera une attention particulière, car il est d’ordinaire sous-estimé. Dans cette thématique on retiendra également la présence de minorités (juifs, morisques, jacobites, protestants, basque, gallois…) qui entretiennent des cultures généalogiques alternatives et/ou à visée intégratrice.

4 – La généalogie comme bien de consommation, du manuscrit au marché éditorial :

Envisagée comme un bien de consommation culturel, elle ne soutient plus nécessairement des identités précises mais plutôt des représentations élargies d’un groupe social ou de la société toute entière. Elle contribue l’intégration de nouvelles élites coloniales, négociantes puis industrielles. L’espace public renvoie à la divulgation croissante des récits et à l’essor d’un discours critique sur l’illusion généalogique. (qui prend, en Italie, la forme de la « verità smascherata », la vérité démasquée sur l’origine de telle ou telle famille de parvenus), critiques, sont souvent l’expression du conservatisme des vieilles familles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search