Territorialiser les espaces modernes (XVe-XIXe siècle)

Journées d’études internationales
Villa Finaly, 30-31 octobre 2018
Chancellerie des Université de Paris, Florence

Coordination : Gregorio Salinero, Bertrand Haan, Lucia Felici, Águeda Garrido, Raffaele Ruggiero
Organisation : Hervé Drevillon, Pierre Serna, Águeda García Garrido, Miguel Ángel Melon Jimenez, Roberto Bizzocchi, Isabel Teston Nuñez, Rocío Sanchez Rubio, Angelo Torre
Captation vidéo : Régis Verwimp
Avec le soutien de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC ; l’Università degli studi di Firenze ; Paris Sorbonne Université – Centre Roland Mousnier et École doctorale 2 ; Labex EHNE (Histoire une histoire nouvelle de l’Europe) ; l’Université de Caen Normandie ; CAER- Aix-Marseille Université ; l’Universidad de Extremadura ; l’Universidad de Cantabria ; Columnaria, Red de Excelencia sobre la movilidad de las sociedades y las fronteras de los Mundos Ibéricos (COREDEX).

Argumentaire

Cette première rencontre, qui s’inscrit dans un cycle, propose une réflexion collective sur les actions, les projets, les figurations et les imaginaires visant à la construction de territoires. Les historiens modernistes n’ont sans doute pas accordé l’importance qu’il mérite à ce phénomène, qui ne peut se réduire à un usage minimal et instrumental – l’espace comme cadre explicatif – ou à un élément d’explication global se suffisant à lui-même. Il est pourtant une catégorie et une échelle d’analyse indispensables.

Ayant gagné d’innombrables acceptions depuis les années 1980, le territoire ne peut être envisagé que dans un contexte spécifique. On peut le définir comme l’espace qu’un groupe humain s’approprie, politiquement, économiquement et juridiquement. C’est aussi un lieu de construction identitaire et communautaire, dans lequel ce qui fonde l’histoire commune sont d’abord les pratiques religieuses et la croyance en un même destin providentiel. Il est enfin, selon les critères de l’époque moderne l’objet d’une institutionnalisation et, comme l’a souligné Michel Foucault, un enjeu de pouvoir éminent.

Du XVe au XIXe siècle, le processus de territorialisation, qui n’a rien de linéaire, tend clairement à se renforcer, entre autres du fait de l’affirmation de l’État en Europe, des expansions européennes dans de nouveaux mondes, du renforcement de l’encadrement ecclésiastique, et des résistances qu’ils suscitent. La plupart de ces espaces ont été dotés très tôt de formes de cohérence, mais les catégories traditionnelles du territoire se sont trouvées bouleversées sous l’effet de conflits militaires, politiques, religieux ou juridiques, de migrations ou de la mise en place d’appareils administratifs et de frontières.

Les territoires sont tout sauf une donnée intangible ou un emboîtement cohérent, mais plutôt une réalité aux contours mouvants et imbriqués, fruit de constructions et de convoitises. Aussi semble-t-il nécessaire de s’interroger sur le rôle joué par les divers acteurs et par les conflits qui les opposent. Dans des processus qui ne peuvent être que collectifs, ils ne se limitent pas aux seuls détenteurs de l’autorité. Les processus d’appropriation, réels et/ou imaginaires, qu’ils mettent en œuvre méritent aussi d’être soumis à l’analyse : dans les entreprises de catéchisation et de conversion, la mise en place de structures institutionnelles et les projets migratoires, entre autres, les logiques territoriales sont des enjeux majeurs. Le phénomène de territorialisation doit aussi être mis en question, particulièrement son caractère plus ou moins achevé, le degré de polarisation que peuvent exercer les centres de pouvoir, ainsi que la vocation, la cohérence et la conscience des frontières que l’on établit ou que l’on imagine. Il relève, enfin, de logiques plurielles. Entre les entreprises visant à territorialiser les espaces revendiqués et des formes préexistantes ou concurrentes de territorialisation, les tensions sont permanentes. Leur enchevêtrement et leur caractère plus ou moins formel et officiel doit être pleinement pris en compte, tout comme leur perception à diverses échelles, par les groupes, les institutions mais aussi les individus, tous engagés dans des réalités territoriales multiples.

Mardi 30 Octobre 2018

  • 9h : Gregorio Salinero (Université Paris Panthéon-Sorbonne-IHMC), Bertrand Haan (Sorbonne Université – CRM) : Introduction – Territoires et territorialisation à l’époque moderne.

Le territoire dans l’encrier : marquer, écrire, imaginer et représenter les territoires

  • 9h30 : Stefania Montecalvo (Università di Foggia), De l’arkhé au territoire, 334 av. J. C.-1809. Depuis l’empire d’Alexandre à l’Indépendance américaine selon le baron de Sainte Croix.
  • 10h : Isabel Teston Nuñez et Rocío Sanchez Rubio (Universidad de Extremadura), Figurer le territoire selon Lorenzo Possi et l’Atlas Medici, 1687.
  • 10h30 : Bernard Gainot (Université Paris Panthéon-Sorbonne-IHMC), Territorialiser et cartographier Saint Domingue.

Le projet territorial : appropriation, formation et défense des territoires

  • 11h30 : Susana Truchelo (Universidad de Cantabria), La definición de un territorio de frontera : los espacios vascos litorales, siglos XV-XVII.
  • 12h : Angelo Torre (Università degli Studi del Piemonte Orientale), Les bois de l’Ossola au XVIIIe siècle. Stratégies administratives et pratiques locales
  • 12h30 : Débats

À la tête du territoire : gouverner et administrer le territoire

  • 14h30 : Lucia Felici (Università degli studi di Firenze), Pour une géographie de la répression religieuse dans l’Italie du XVIe siècle
  • 15h : Yves Junot (Université de Valencienne), Défense, administration et aménagements des espaces frontaliers des Pays-Bas espagnols (frontière française et mer du Nord, 1540-1620)
  • 15h30 : Águeda Garcia Garrido (Université de Caen), Territorios insulares imposibles: Filipinas, un espacio de conflictos (siglo XVII)

Territoires vivants : peuplements, migrations, mobilités et territoires

  • 16h30 : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris VIII), Haïti : un territoire chez les autres pour les Noirs américains, 1816-1865
  • 17h : Paul Vo-Ha (Université Paris Panthéon-Sorbonne-IHMC), Épurer les territoires : les déplacements de populations après la reddition des villes à l’époque moderne
  • 17h30 : Débats.

Autour de l’exposition: Le territoire autrement

  • 18h30 : Présentation de l’exposition , Le territoire autrement par les graveuses Agnès Maîtrejean et Véronique Lagarde, en salle Richelieu, 1816-1865
  • 19h : Vernissage de l’exposition.

Mercredi 31 Octobre 2018

Ordre et désordre du territoire : imposer l’obéissance, harmoniser les territoires, territoires en Révolutions

  • 9h : Raffaele Ruggiero (CAER Aix-Marseille Université), Les formes du territoire dans la pensé politique italienne aux XVIe et XVIIe siècles
  • 9h30 : Gregorio Salinero (Université Paris Panthéon-Sorbonne-IHMC), L’Audience de Charcas : le projet d’un territoire impossible

Territoires interlopes : contrebandes, banditismes, marronnages, espaces vides et hostiles

  • 11h : Miguel Ángel Melon Jimenez et Miguel Rodriguez Cancho (Universidad de Extremadura), Contrabando : un territorio insumiso dentro del territorio nacional
  • 11h30 : Laura de Mello e Souza (Sorbonne Université), Espaces miniers et territoires dans le Brésil portugais du XVIIIe siècle
  • 12h : Débats. Discuttants: Roberto Bizzocchi (Università di Pisa) et Jean-Philippe Priotti (CRHAEL, Université du Littoral)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search