Intégrations régionales, interrégionalismes et mondialisations (XIXe-XXe siècle)

 

Laurence Badel (Paris 1) et Eric Bussière (Paris IV) mutualisent leur séminaire de M2 – séminaire doctoral dans le cadre des travaux de l’Axe 3. Ouvert à leurs étudiants, il l’est aussi à tous les chercheurs désireux de questionner le « modèle » européen d’intégration régionale par l’observation des processus de régionalisation ayant eu lieu, depuis le 19e siècle, sur d’autres continents…

Le séminaire se situe dans la continuité du projet lancé par Eric Bussière Régionalisme européen et mondialisation au 20e siècle qui visait à « analyser les interrelations entre projet européen — comme projet politique et projet de gouvernance — et gouvernance mondiale depuis les années 1970 »[1]. Toutefois, le démarrage des travaux du Labex EHNE incite à reconsidérer la problématique du régionalisme dans un cadre chronologique élargi du XIXe au XXIe siècle et dans une perspective comparative, en étudiant pour eux-mêmes d’autres processus d’intégration régionale, et en prêtant une attention particulière aux pratiques nouvelles qui ont porté ces processus ou qui ont été engendrées par eux. Quels sont les fondements de l’identité d’une région ? On passera en revue les paramètres économiques, culturels, politiques, idéologiques qui ont pu fonder les grands exemples d’intégration régionale connus. Si l’on admet que la région est d’abord une construction sociale et un projet politique, peut-on pour autant évacuer la question de l’identité géographique, la question des frontières, des océans et des mers intérieures ?

Comment l’affirmation d’une région s’articule-t-elle avec les constructions nationales ? Quelle relation peut-on établir l’émancipation nationale des grandes structures impériales et l’intégration régionale ? Quel est le poids des puissances tierces ? Existe-t-il des référents extérieurs comme l’atteste le cas de l’essor de l’idée panaméricaine qui s’affirme dans la volonté de dépassement du modèle européen.  La démarche vise à décentrer le regard sur le « modèle européen », à préciser les étapes de son élaboration dans la seconde partie du XIXe siècle, les expériences qu’il a pu inspirer comme les projets autonomes qui se sont institutionnalisés dans le reste du monde. On abordera enfin la question spatiale de l’intégration et les échelles de l’intégration : intégration sub-continentale (Asean, Alena, Mercosur etc.), intégration continentale (pan-américanisme ; paneuropéisme ; panasiatisme) en s’interrogeant notamment sur les asymétries liées à ces échelles et les conséquences de ces asymétries quant au dialogue inter-régional.

Les instruments nouveaux mis en œuvre pour cimenter ces constructions seront analysés dans cette perspective : renforcement des procédures d’arbitrage ; développement de types nouveaux de coopération économique  (cartellisation, union monétaire, union douanière etc) ; association des acteurs sociétaux. Ces composantes doivent également être interprétées à la lumière des projets politiques qui les portent et dans les dynamiques qui les animent tant  au plan interne qu’externe. Les pratiques multilatérales sont renforcées par une organisation régionale du système international mais selon quelles modalités ? Comment le régionalisme qui est, par définition, un multilatéralisme, se déploie-t-il au sein des enceintes multilatérales universelles ? Quelles sont les interactions qui jouent entre ces deux échelles, qu’on les analyse au plan des influences qu’elles entretiennent au plan des modèles politiques et des pratiques ?

Enfin, si pour de nombreux  observateurs, l’inter-régionalisme est la marque du nouveau régionalisme post-Guerre froide, une approche historienne peut marquer les limites de ce constat en mettant en lumière des formes de relations interrégionales et les interactions entre modèles dès l’époque impériale. On s’appuiera sur les travaux existants des politologues et économistes qui proposent des définitions du régionalisme mais le but est de favoriser la relance d’études historiques, y compris sur le 19e siècle, à partir d’un corpus archivistique que l’on s’emploiera à constituer. On s’efforcera ainsi d’analyser les processus de construction et de déconstruction des régionalismes dans le temps long. Selon certains spécialistes la « deuxième mondialisation »  de l’époque contemporaine et la « multipolarisation » sont allées de pair, engendrant un sentiment nouveau de « vide de puissance » ou de « nouveau désordre international ». Or, cette période a été marquée par un nouvel essor des processus d’intégration régionale. Une nouvelle fois, le régionalisme économique a pu être invoqué comme le cadre de régulation le plus adéquat pour amortir de nouvelles mutations. C’est ce lien que les historiens ont commencé à creuser et que nous souhaiterions ici préciser.


[1]  Ce projet a donné lieu à la table-ronde des 15 et 16  décembre 2011 et à la publication du Cahier IRICE, 2012  n° 9 : Régionalisme européen et gouvernance mondiale au XX e siècle. Premières approches. (http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique98)

 

Séminaire M 2 – Doctorat

UMR IRICE

Paris 1 Panthéon-Sorbonne — Paris IV Sorbonne

Laurence Badel, Eric Bussière

 

Intégrations régionales, interrégionalismes et mondialisations

(XIXe-XXe siècle)

 

Maison de la recherche

28 rue Serpente

salle D 223

14h-16 h

  

Jeudi 30 janvier : Introduction — Eric  Bussière : L’Europe après 1945 : expérience unique ou modèle de référence pour le régionalisme ? Laurence Badel : Les nouveaux interrégionalismes des années 1990

 

Jeudi 6 février : Luiz Felipe de Alencastro (professeur, Université de Paris IV Sorbonne) : Géopolitique de l’Atlantique sud : un espace régional ? ( XIXe –XXe siècle) ?

 

Jeudi 13 février : Séverine-Antigone Marin (maître de conférences, Université de Strasbourg) Aux origines du régionalisme européen ? Réalités et fantasmes autour du ‘danger américain’ dans l’Europe de 1900

 

Jeudi 6 mars  : Hugues Tertrais (professeur, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Des rivalités impériales aux constructions nationales : l’idée régionale en Asie du Sud-Est

 

Jeudi 13 mars : Laurence Badel  (professeur, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Un exemple de dialogue interrégional ? la genèse du processus ASEM au milieu des années 1990

 

Jeudi 20 mars : Yasmina Aziki (doctorante, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Les modalités d’intégration des pays du MENA (Middle-East North Africa) dans les années 1960-1970

 

Jeudi 27 mars : Ibrahim Ouattara (doctorante, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)  

Les projets d’intégration en Afrique occidentale

 

Jeudi 3 avril : Boris Le Chaffotec (doctorant, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La dimension sécuritaire du projet d’intégration régionale américain depuis 1989

 

Jeudi 10 avril : Sébastian Santander (professeur, Université de Liège)

Le rôle des milieux d’affaires dans  les processus interrégionaux en Amérique latine portés par la Commission européenne

 

Programme en pdf : M2(2)13-14

Contact : badel@univ-paris1.fr, bussiereeric@aol.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.