Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur – Décapitées


Entre 1391 et 1425, trois femmes sont décapitées sur ordre de leurs maris. Épouses de trois des plus grands seigneurs de l’Italie de la Renaissance – Mantoue, Milan, Ferrare –, Agnese Visconti, Beatrice de Tende et Parisina Malatesta sont exécutées pour cause d’adultère. Pourtant, aucune femme infidèle ne subissait alors un tel châtiment et, autre étrangeté, loin de dissimuler ces mises à mort, les trois seigneurs les rendent au contraire publiques. Il y a là une énigme historique qu’Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur entendent bien élucider.
Ces trois femmes ont certes trahi les liens du mariage, mais elles sont surtout coupables d’avoir tenté de prendre une part active aux grandes innovations politiques et culturelles de leur temps. Elles sont châtiées pour avoir voulu transgresser le statut traditionnellement effacé d’épouse du seigneur. En les faisant périr, leurs maris réaffirment symboliquement leur pouvoir de princes.
Cette enquête passionnante sur les mœurs, les pratiques culturelles et l’autorité des seigneuries florissantes de la Renaissance italienne est aussi une contribution importante à l’histoire des femmes. C’est l’Italie de la première Renaissance, l’Italie des violences des hommes, mais aussi de l’humanisme naissant et de la passion pour les arts, qui est au cœur de ces trois tragédies féminines.

Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur, Décapitées. Trois femmes dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Albin Michel, 2018. 400 p.

Détails sur le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.