L’Humanisme à l’épreuve de l’Europe (XVe-XVIe siècles)

Colloque international

Université Paris-Sorbonne – University of Chicago-Paris, 26-27 janvier 2018, Paris.

Coordination : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne), Élisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Philippe Desan (University of Chicago) et Clémence Revest (CNRS – CRM)

Organisation : Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier (UMR 8596), University of Chicago-Paris, LabEx EHNE (Axe 3 – L’Humanisme européen ou la construction d’une Europe pour soi, entre affirmation et crise identitaires)

Argument :

L’Europe des XVe et XVIe siècles voit émerger puis triompher, jusqu’à sembler hégémonique, le mouvement humaniste. D’abord contre-culture combattant la scolastique, l’humanisme, diffusé par des réseaux intellectuels italiens épris de la redécouverte des classiques, s’impose vite comme un modèle dominant parmi des élites désormais formées à l’école des bonnes lettres. Mais si l’on s’accorde généralement à dresser en aval de ce phénomène de diffusion de ce paradigme culturel le constat d’une fulgurante et durable conquête, l’histoire de cette dynamique mérite aujourd’hui d’être encore questionnée.
Le succès de l’humanisme a connu en effet des formes, des expressions, des priorités et des degrés variables selon les espaces, les temporalités, les publics et les écosystèmes socio-politiques et socio-intellectuels. Il ne fut pas non plus sans rencontrer de farouches résistances, notamment auprès des milieux savants avec lesquels il entrait en concurrence et qui continuèrent, même s’ils étaient perméables aux idées nouvelles, à produire d’autres modes d’interprétation du monde. Sa dimension rapidement internationale et ses prétentions universalistes donnèrent lieu, en particulier, à de multiples adaptations, tensions et compromis, qui composent le tableau bigarré des humanismes européens avec leurs dérives nationalistes. D’autant que surgirent des revendications, liant à l’idée de « natio » ou de « patria », la prétention à une primauté dans l’appropriation des savoirs. D’autant encore que le rêve de restitution de la Vérité évangélique que les Bonnes Lettres nourrissaient finit par miner de l’intérieur l’idéal même d’un avenir bonifié.
Les humanistes, dès l’origine et avec une force d’implication croissante qui concerna tous les champs de la pensée et de l’action, se firent plus acteurs de division que d’unité. Culture caméléonesque et conquérante, l’humanisme s’alimenta des polémiques qu’il suscitait dans ses sphères mêmes en même temps qu’il s’infiltra dans l’ensemble des systèmes de représentations puis s’en empara, jusqu’à susciter l’autocritique de ses propres excès et violences. On s’interrogera in fine afin de savoir quand la dissémination européenne des aventures humanistes finit par s’épuiser, soumise qu’elle était à des jeux internes et externes de contradictions, à des pertes de singularité et de densité, aux vicissitudes de l’histoire de toutes les cultures dominantes qui, à force d’être dominantes, se banalisent.

Vendredi 26 janvier

University of Chicago center in Paris
(6, rue Thomas Mann, 75013 Paris)

  • 9h15 : accueil des participants.
  • introduction par les organisateurs

Session 1 : «  Vers le Nord : représentations »

Présidée par Philippe Desan (University of Chicago)

  • 9h30 Olivier Millet (Université Paris-Sorbonne) : «  Le transfert de l’humanisme selon les réformateurs protestants (1520-1580) : Italie/Allemagne/France ? »
  • 9h55 : Loris Petris, (Université de Neuchâtel) : «  La translatio à la Renaissance : progrès ou propagande ? »
  • 10h20 : Catherine Kikuchi (École Française de Rome – CRM) : « La diffusion des auteurs humanistes italiens dans les pays germaniques : une exploration géographique »
  • 10h45 : Discussion

11h05 : Pause

  • 11h25 : Pierre-Ange Salvadori (boursier, Trinity College – Cambridge) : «  Le renversement du paradigme du Septentrion dans l’humanisme suédois : une conscience de l’Europe depuis la marge »
  • 11h50 : Jan Miernowski (University of Wisconsin – Madison / Université de Varsovie) : «  Les limites politiques de l’universalisme humaniste dans l’Europe prémoderne. Les défis de la citoyenneté en France et en Pologne à la Renaissance »
  • 12h15 : Discussion

12h30 : Pause déjeuner

Session 2 : «  Une communauté européenne du savoir »

Présidée par Clémence Revest (CNRS – CRM)

  • 14h15 : David Rundle (University of Oxford and Essex) : «  The Renaissance of Littera antiqua : a Cosmopolitan Enterprise »
  • 14h40 : Johannes Helmrath (Universität Humboldt – Berlin) : «  L’humaniste bénédictin Johannes Trithemius et son grand Catalogus virorum illustrium comme rassemblement et panthéon biobibliographique des savants européens »
  • 15h05 : Jean Balsamo (Université de Reims) : «  Une pratique de la civilité humaniste à l’épreuve de l’Europe : l’Album amicorum au XVIe siècle »
  • 15h30 Discussion

15H50 Pause

  • 16h10 : Paul J. Smith, (Université de Leyde) : «  Dynamiques européennes de l’humanisme dans l’histoire naturelle. Le cas de l’ichtyologie, de Belon et Rondelet à Willughby et Ray »
  • 16h35 : Pierre Couhaut, (LABEX EHNE – CRM) : «  Héros dyonisiens et enseignes romaines. Les savoirs ‘’héraldiques‘’ à l’épreuve de l’humanisme dans l’Europe de la Renaissance »
  • 17h00 : Flavia Buzzetta, (Marie Sklodowska-Curie Individual Fellowship, Horizon 2020, CNRS-LEM) : «  Qabbalah juive et humanisme chrétien : l’altérité en dialogue au XVe siècle »
  • 17h25 : Discussion

17h45 : Pot (sur place, University of Chicago Center)

Samedi 27 janvier

Sorbonne – salle des actes, Université Paris-Sorbonne
(entrée par le 17, rue de la Sorbonne ou le 54, rue Saint-Jacques 75005 paris)

Session 3 : «  Realia. Adaptations et résistances »

Présidée par Élizabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier)

  • 9h30 : Cécile Caby, (Université Lyon 2 – Lumière) : «  Pratiques humanistes et ordres religieux dans l’Italie du Quattrocento »
  • 9h55 : Ilaria Taddei, (Université Grenoble-Alpes) : «  Former à l’humanisme ? Les modèles éducatifs dans l’Italie du Quattrocento »
  • 10h20 : Jacques Verger, (Académies des Inscriptions et Belles-Lettres) : «  Les universités et l’humanisme : les enjeux d’un débat »
  • 10h45 : Discussion

11h05 : Pause

  • 11h 25 : Fulvio Delle Donne (Università della Basilicata) : «  Le innovazioni ‘monarchiche’ della storiografia umanistica aragonese »
  • 11h50 : Rosanna Gorris Camos (Università di Verona) : «  Un humanisme ‘’irrégulier’’: le défi des humanistes ferrarais »
  • 12h15 : Discussion

12h30 : Pause déjeuner

Session IV : «  La chrétienté questionnée »

Présidée par Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier)

  • 14h00 : Gérald Chaix, (Université François Rabelais – Tours – CESR) : «  Luther et l’humanisme : complexité des héritages, ambiguïté des affrontements »
  • 14h25 : Marie Barral-Baron, (Université de Franche-Comté – Besançon) : «  Érasme au péril de l’histoire : l’humanisme impuissant »
  • 14h50 : Mario Turchetti, (Université de Fribourg) : «  De l’humanisme chrétien à l’humanisme politique. Vicissitudes de l’Humanisme du début à la fin du XVIe siècle, entre Érasme et Bodin »
  • 15h15 : Discussion

15h35 : Pause

  • 15h55 : Amy Graves (State University of New York, Buffalo) : «  Ovide à Londres et à Genève: l’humanisme à l’épreuve du Calvinisme »
  • 16h20 : Bertrand Haan, (Université Paris-Sorbonne/ Centre Roland Mousnier) : «  L’humanisme au service de l’affirmation d’une excellence espagnole sous Philippe II »
  • 16h45 : Discussion

17h : Pot de fin de colloque, en Sorbonne


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 janvier 2018

    […] delights of textualis yesterday morning, I am now in Paris to speak at the conference. Its title is L’Humanisme à l’épreuve de l’Europe (XV e. -XVI e siècles) and my topic is ‘The Renaissance of littera antiqua: a cosmopolitan enterprise’. At the risk of […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.