Denis Crouzet et Mark Greengrass – Nostradamus: A Healer of Souls in the Renaissance

C’est sans doute parce que Nostradamus est un des personnages les plus énigmatiques de la Renaissance – à la fois apothicaire, astrologue et devin – qu’il a été une source de fascination depuis cinq siècles. Derrière les pronostications qui ont si souvent servi de fonds de commerce aux marchands de l’Apocalypse, on pourrait oublier que Michel de Nostredame était avant tout un homme bien ancré dans les réalités de la société de la Renaissance.

Dans cet essai nouveau et audacieux sur la vie et les œuvres de Nostradamus, Denis Crouzet démontre que tenter d’interpréter ses Prophéties telles qu’elles se présentent est une erreur d’appréciation. Nostredame ne tentait pas de prédire le futur. Il se voyait plutôt comme un prophète, c’est-à-dire un prédicateur de la parole divine. Comme Rabelais, pour qui le rire était une cure destinée à supporter la misère des temps présents, Nostradamus se pensait comme un médecin du corps et de l’âme. En dévoilant les événements terrifiants et menaçants qui attendaient chacun dans le futur, il voulait pousser ses lecteurs à réaliser, par l’effroi, que la haine qu’ils avaient en eux était le plus grand de tous les périls et que le seul remède était de vivre dans l’amour et la paix du Christ.

Cette interprétation nous permet d’entrer dans l’imaginaire de Nostredame, un homme dont la vie est aussi mystérieuse que les écrits. Elle le présente sous un jour tout à fait nouveau et lui donne une place de premier rang parmi les penseurs de la Renaissance.


One of the most enigmatic figures in history, Nostradamus – apothecary, astrologer and soothsayer – is a continual source of fascination. Indeed, his predictions are so much the stock–in–trade of the wildest merchants of imminent Doom that one could be forgiven for forgetting that Michel de Nostredame, 1503–1566, was a figure firmly rooted in the society of the French Renaissance.

In this bold new account of the life and work of Nostradamus, Denis Crouzet shows that any attempt to interpret his Prophecies at face value is misguided. Nostradamus was not trying to predict the future. He saw himself, rather, as ′prophesying′, i.e. bringing the Word of God to humankind. Like Rabelais, for whom laughter was a therapy to help one cope with the misery of the times, Nostradamus thought of himself as a physician of the soul as much as of the body. His unveiling of the menacing and horrendous events which await us in the future was a way of frightening his readers into the realisation that inner hatred was truly the greatest peril of all, to which the sole remedy was to live in the love and peace of Christ.

This inspired interpretation penetrates the imaginative world of Nostradamus, a man whose life is as mysterious as his writings. It shows him in a completely new dimension, securing for him a significant place among the major thinkers of the Renaissance.


Denis Crouzet, Nostradamus: A Healer of Souls in the Renaissance (Mark Greengrass, trad.), Cambridge, Polity Press, 2017.
Publication originale : Denis Crouzet, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Payot, coll. « biographie payot », 2011.

Détails sur le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.