Ruines politiques

Colloque international

Ruines politiques

Rome, 25 et 26 février 2016

Poitiers, 21 octobre 2016

csm_ill_Ruines_1_49ac11abde

Programme en ligne

Qu’il s’agisse de les effacer, de les dégager, de les protéger, de les transformer ou de reconstruire sur leurs fondations, bien des ruines furent l’objet de débats et polémiques parfois virulents. Les autorités civiles comme religieuses, la classe politique ou l’opinion publique s’en saisirent comme des symboles d’un âge révolu, idéalisé ou honni. Ces débats se font sur toile de fond d’une tradition de longue durée. Encore récemment, Salvatore Settis a rappelé à quel point l’Occident – contrairement à d’autres civilisations – a pu faire sienne une vénération particulière des ruines en tant que telles. On peut penser en particulier à celles de l’Antiquité. Ce ne sont pourtant pas les seuls restes de ce type, mis en vénération, transformés en lieux de mémoire, ou, au contraire, bannis de celle-ci. On est en droit de penser que notamment l’époque contemporaine a multiplié les inventions d’objets de ce genre, et ont changé par là même les types d’usage, de même que leur signification. Alors que, dans les périodes pré-modernes, la symbolique des ruines vit sans doute prioritairement de l’antagonisme entre traditions profanes et religieuses, la modernité, à coup sûr, impose (ou ajoute) d’autres dimensions de sens, qu’il s’agisse de symboliser la chute d’un régime, ou (et) de mémoriser les terreurs de la guerre.

Dans ces diverses mises en scène, fonctions et signification politiques des ruines semblent patentes, si bien qu’il paraît nécessaire d’entrer dans les détails, d’une part en cherchant à faire l’inventaire des différentes « matières » et constellations menant à la valorisation politique de ces restes, d’autre part en analysant la signification politique précise que revêt leur « invention », ou encore les multiples sens que révèle sans doute leur réception. Le colloque cherche à explorer ces questions dans une visée trans-période, depuis l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Il s’adresse prioritairement aux historiens mais est ouvert également aux autres sciences humaines, à commencer par l’histoire de l’art.

Comité scientifique :

Marina Caffiero (Università di Roma – « La Sapienza »); Pierre-Antoine Fabre (CARE/EHESS) ; Dominique Iogna-Prat (EHESS) ; Dino Mengozzi (Università di Urbino) ; Alain Schnapp (Université de Paris I) ; Gerd Schwerhoff (Technische Universität Dresden) ; Jean-François Sirinelli (IEP de Paris)

Comité d’organisation :

Albrecht Burkardt; Jérôme Grévy; Alexandra Beauchamp, Thierry Favier, Bertrand Lançon, Gaëlle Tallet, Simone Visciola

PROGRAMME

 

Jeudi 25 février 2016

 

Matinée

École française de Rome, Place Navone

9 h Accueil par Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome, et Fabrice Jesné, Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine

9 h 15 Albrecht BURKARDT et Jérôme GRÉVY, Introduction thématique

RESTES D’UN ÂGE D’OR

Présidence : Fabrice Jesné

9 h 30 Charles DAVOINE, Université d’Aix-Marseille
L’empereur et les ruines dans le monde romain : la reconstruction au service de l’âge d’or (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.)

10 h Raquel ALONSO ÁLVAREZ, Universidad de Oviedo L’utilisation du passé chez les évêques Arias et Pèlage d’Oviedo (Espagne, XIe-XIIe siècles) : Ruines, reliques et objets somptueux

10 h 30 Clémence REVEST, CNRS – Centre Roland Mousnier Monumentaliser le « réveil » des lettres latines aux débuts
de l’humanisme : autour de la polémique déclenchée par la destruction d’une statue de Virgile à Mantoue ( n du XIVe s.)

11 h – Pause café
11 h 15 Angela QUATTROCCHI, Università di Reggio Calabria

“Ce qui reste de Rome”: les ruines comme reliques politiques des États Ponticaux

11 h 45 Dino MENGOZZI, Università di Urbino
La beauté des ruines et l’essor de la conscience nationale italienne. Du Grand Tour au vol de la Gioconda

12 h 15 Discussion 13 h – Déjeuner

 

 

Jeudi 25 février 2016

 

Après-midi

École française de Rome, Place Navone

CONSERVER

Présidence : Marina Caf ero

14 h Éric HASSLER, Université de Strasbourg
Fabriquer le caractère ancestral du pouvoir seigneurial : la conservation des vestiges médiévaux lors de la baroquisation des résidences seigneuriales dans les pays héréditaires de la maison d’Autriche, n XVIIe-début XVIIIe siècle

14 h 30 Roger BAURY, Université Charles de Gaulle – Lille3
Les châteaux en ruine, entre antagonismes mémoriels et passions politiques de la n de l’Ancien Régime à nos jours

15 h Bruno BETHOUART, Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO)
Les remparts urbains : de la destruction à la valorisation des ruines dans la France du Nord à l’époque contemporaine

15 h 30 Discussion 15 h 45 – Pause café

EFFRAYER

16 h Hugues MARQUIS, Université de Poitiers
De l’usage politique des ruines dans les guerres de la Révolution

16 h 30 Gilles MALANDAIN, Université de Poitiers
Que reste-t-il de la bataille? Vestiges et monuments de Waterloo

17 h Éric FOURNIER, Université de Paris 1 – Panthéon- Sorbonne
Paris et la Commune de 1871 : les ruines et les brèches révolutionnaires

17 h 30 Jean-Noël GRANDHOMME, Université de Lorraine «Ici fut Fleury». Les villages détruits de la Première Guerre mondiale : utilisations politique et pédagogique (1918-2016)

20 h 30 à la Villa Médicis : Conférence d’histoire de l’art (dans le cycle des Jeudis de la Villa)
Salvatore Settis, Scuola Normale Superiore di Pisa
La città storica : un modello in rovina

 

Vendredi 26 février 2016

 

Matinée

Académie de France à Rome, Villa Médicis, salle Michel Piccoli

MONTRER L’INDICIBLE

Présidence : Jérôme Delaplanche

8 h 30 Mot de bienvenue par Jérôme Delaplanche, Chargé de mission pour l’histoire de l’art

8 h 45 Emmanuelle DANCHIN, SIRICE (UMR 8138) Conserver la mémoire de la guerre ou effacer ses traces ? Le débat en France de la préservation des ruines de guerre (1915-1921)

9 h 15 Julie DESCHEPPER, INALCO
Monumentaliser la Grande Guerre Patriotique : De l’usage politique des ruines en Russie à l’exemple de Schlisselbourg

9 h 45 – Pause café
10 h – 11 h Visite de la Villa Médicis

11 h Chantal DHENNIN, Université Lille Nord de la France / HLLI, ULCO
Les blockhaus d’Illies : des reliques politiques

11 h 30 Stéphane MICHONNEAU, Université Charles de Gaulle – Lille3
Belchite, un village-martyr pour la cause franquiste

12 h Sabine FORERO MENDOZA, Université de Pau et des pays de l’Adour
Ruiner deux fois. Le terrorisme culturel

12 h 30 Discussion
13 h – Déjeuner à la Villa Médicis

 

Vendredi 26 février 2016

Après-midi

Académie de France à Rome, Villa Médicis, salle Michel Piccoli

NARRER

Présidence : Salvatore Settis

14 h 30 Philippe AKAR, ANHIMA (UMR 8210)
La construction des reliques par le texte : la mention des lieux de la mémoire dans l’écriture de l’histoire de la République romaine

15 h Maer TAVEIRA, EHESS
Entre ruines et légendes. Usages, représentations et interprétations des ruines « arthuriennes » dans une géographique politique médiévale

15 h 30 Audrey NORCIA, Université de Paris1 – Panthéon- Sorbonne / HiCSA-CPC
La ruine, un dispositif plastique pour penser l’Histoire. L’exemple d’Anne et Patrick Poirier et de Jochen Gerz

16 h 00 – Pause café

16 h 15 Samuel BOUSSION, Mathias GARDET, Université de Paris 8 ; Martine RUCHAT, Université de Genève
« Des millions d’enfants se sont éveillés à la vie dans un monde de ruines et de mort ». Les communautés d’enfants : usage politique d’une utopie pédagogique

17 h 00 – Débat final et conclusions

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *