L’art au service du prince

Parution du volume L’art au service du prince. Paradigme italien, expérience européenne (vers 1250-vers 1500). L’ouvrage, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur, est publié chez Viella, Rome.

Site de l’éditeur : ici

 

 

viella

 

A partir du milieu du XIIIe siècle, le régime de la seigneurie citadine se met en place dans un grand nombre de villes italiennes et avec cette nouvelle for- me de pouvoir l’écart qui jusqu’alors séparait l’Italie du reste de l’Europe se réduit. Mais les nouveaux maîtres des villes italiennes continuent de se distinguer des autres princes par une politique artistique, monumentale et culturelle d’une ampleur exceptionnelle. Tel est du moins ce que l’on a longtemps pensé, en raison sans doute du pouvoir de séduction exercé par le paradigme de Jacob Burckhardt qui liait l’essor artistique de l’Italie des XIVe et XVe siècles à la diffusion de la seigneurie.

Ce paradigme est aujourd’hui l’objet d’une double critique. De la part des hi- storiens de l’art qui soulignent la volonté de nombreux princes territoriaux de faire, dès le XIIIe siècle, un usage politique de leurs commandes artistiques et monumentales. De la part des spécialistes de l’Italie communale et seigneuriale, plus sensibles que par le passé aux éléments de continuité entre les deux formes de pouvoir et par là-même enclins à nuancer le caractère révolution- naire de la politique artistique, monumentale et culturelle des princes italiens de la Renaissance.

C’est en partant de cette double considération qu’a été organisé le colloque qui a donné lieu à ce livre, avec l’objectif de comparer les principaux aspects de la politique artistique, monumentale et culturelle mise en œuvre dans les États princiers de l’Europe continentale et dans les seigneuries de l’Italie du Centre et du Nord. C’est en partant de cette double considération qu’a été organisé le colloque qui a donné lieu à ce livre, avec l’objectif de comparer les principaux aspects de la politique artistique, monumentale et culturelle mise en œuvre dans les États princiers de l’Europe continentale et dans les seigneuries de l’Italie du Centre et du Nord.

La présentation et le programme du colloque qui s’est déroulé en octobre 2013 : par ici

Sommaire

  • Elisabeth Crouzet-Pavan, Jean-Claude Maire Vigueur, Introduction
  • I. Au cœur du pouvoir: résidences princières
    • Marco Folin, Sedes tyranni. Le residenze signorili in Italia (secoli XIV-XV)
    • Matthias Müller, History, Space and Time. Paradigm of Early Palaces Construction in the Ancient Empire and the Significance of France and Italy as Role Models
  • II. Au cœur du pouvoir: le service de Dieu
    • Marc Boone, Construire la mémoire d’outre-tombe: les comtes de Flandre, leurs successeurs bourguignons et leurs proches sous les dalles funéraires
    • Jean-Baptiste Delzant, Commande artistique religieuse et seigneuries urbaines: quelques remarques (Italie centro-septentrionale, fin du Moyen Âge)
    • Laurent Vissière, L’érection des Saintes-Chapelles (XIVe-XVIe siècles)
  • III. Les échelles de l’intervention princière: la ville, l’État territorial
    • Irène Dietrich-Strobbe, «Chacun doit gaignier et prouffiter du prince»: Lille ou le laboratoire d’une politique monumentale bourguignonne
    • Philippe Lorentz, La cathédrale ou les résidences de repli: la commande monumentale et funéraire des évêques de Strasbourg aux XIVe et XVe siècles
    • Beatrice Del Bo, La politique urbanistique, culturelle et artistique des petits États féodaux des marquis de Montferrat et de Saluces: analogies et différences
    • Guido Castelnuovo, Amédée VIII et les arts (1391-1451). Stratégies culturelles et service princier dans la Savoie de la première moitié du XVe siècle
    • Léonard Dauphant, Politique artistique et reconstruction d’un État princier: l’exemple de René II duc de Lorraine (1473-1508)
    • Arturo Calzona, La aedificatio per immagini dello Stato gonzaghesco dal comune a Ludovico II marchese di Mantova (1444-1478)
    • Francesco Salvestrini, L’art et la magnificence “contre” le pouvoir du prince. L’abbé général Biagio Milanesi, l’ordre monastique de Vallombreuse, Laurent de Médicis et le pape Léon X
  • IV. Les programmes décoratifs
    • Claire Billen, Sabine van Sprang, Les Chasses de Maximilien parlent en français: réévaluation d’une tenture à la gloire de la dynastie des Habsbourg
  • V. Artistes et hommes de savoir
    • Rose-Marie Ferré, Échec et mat! Les sculpteurs Pietro da Milano et Francesco Laurana au service d’Alphonse d’Aragon et du roi René
    • Carla Frova, Cultura e istituzioni universitarie nel contesto delle esperienze signorili italiane
    • Jacques Verger, La culture au service du prince: fondations princières d’universités et de collèges en France, dans les pays bourguignons et dans l’Empire à la fin du Moyen Âge
    • Gian Maria Varanini, Cancellerie signorili trecentesche dell’Italia settentrionale. Tra notariato e “pre-umanesimo”
    • Clémence Revest, Le «second Mécène»: l’affirmation d’un lieu commun du patronage princier dans l’Italie humaniste

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *