Pétrarque, Lettres familières

Le 10 juillet 2015, les Belles Lettres publient le dernier tome des Lettres familières de Pétrarque. Tome VI : Livres XX-XXIV / Rerum Familiarium. Libri XX-XXIV; Édition de Vittorio Rossi. Traduction d’André Longpré. Introduction et commentaires d’Ugo Dotti, mis en français par Frank La Brasca.

belles lettres« Ce volume, dernier des Lettres familières de Pétrarque, clôture, après la publication des cinq volumes des Lettres de la vieillesse, advenue en décembre 2013, l’immense correspondance de Pétrarque dont la publication a été entreprise en l’année 2002 sous la direction de Pierre Laurens. Écrites entre 1358-59 (Pétrarque est alors à Milan) et 1366 (il est depuis 1362 installé à Venise), ces lettres, comme celles des périodes précédentes se partagent entre les deux registres, public et privé.

Mais le trait qui distingue ce dernier volume des précédents et met le sceau ultime sur ce monumental recueil, est; le caractère du vingt-quatrième livre, adressé Antiquis illustribus. Dans ce livre, préfacé par la lettre à l’ami de jeunesse, Philippe de Cabassolles, Pétrarque dialogue, message suprême délivré par l’humaniste à l’antiquité reconquise, avec les plus illustres des Anciens : Varron, Cicéron, Quintilien, Tite Live, Asinius Pollion, Horace, Virgile, Socrate. Particulièrement remarquables sont les deux lettres à Cicéron, la première, écrite après sa découverte des Lettres à Atticus, dans laquelle, ira dictante, il reproche sévèrement à son auteur préféré d’avoir été infidèle à son message philosophique,et la deuxième, où il lui dit sa dévotion et lui restitue son estime et les deux lettres, à Horace et à Virgile, l’une en mètre lyrique, l’autre en hexamètres, double hommage poétique et déclaration d’amour à ses deux poètes de prédilection ».

« Il n’est pas exagéré de dire que la correspondance latine de Pétrarque – avant tout les vingt-quatre livres des Lettres familières et les dix-huit livres des Lettres de la vieillesse – constitue le chef-d’œuvre du Pétrarque humaniste: réunissant, au sein même de l’immense œuvre latine, un grandiose corpus auquel l’écrivain travailla jusqu’aux derniers mois de sa vie, elle peut être lue aussi bien comme une autobiographie idéale du poète et un commentaire illuminant le reste de l’œuvre que comme un miroir de l’histoire du Trecento et comme l’inventaire des grandes découvertes philologiques qui, comme on sait, renouvelèrent la culture, la conjuguèrent à l’esprit de l’âge classique, l’imprégnèrent de toutes les inquiétudes de l’humanitas et la proposèrent comme la base même de la sensibilité occidentale.

On sait que, paradoxalement et alors même que la philologie pétrarquienne parvenait à un niveau d’excellence quasiment vertigineux, l’édition européenne, malgré plusieurs contributions majeures apparues au fil du XXe siècle – celles de Vittorio Rossi et Umberto Bosco pour les Lettres Familières, de Nicola Festa pour l’Africa, de Giuseppe Billanovich pour les Rerum memorandarum libri, de Guido Martellotti pour la première partie de De viris – s’était montrée réticente à s’engager à fond dans la publication, autre que sporadique, du Pétrarque latin. Engagée dans un esprit de collaboration fraternelle avec nos amis italiens, la présente édition bilingue constitue un événement éditorial de première grandeur.

C’est en effet la première fois que les Lettres de Pétrarque sont mises à la disposition du public français dans leur intégralité, lisibles d’un bout à l’autre à la fois dans le texte et dans une excellente traduction; Enfin, c’est la première fois que le travail d’édition critique, déjà accompli pour les Lettres familièrespar Vittorio Rossi, est étendu aux Lettres de la vieillesse.

Ainsi Les Belles Lettres et la collection des “Classiques de l’Humanisme” espèrent-elles prendre leur part de la célébration d’une œuvre à laquelle notre pays, depuis Pierre de Nolhac, ne s’est jamais senti ni voulu étranger » (Pierre Laurens)

Le site des Belles Lettres : http://www.lesbelleslettres.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *