Érudition et culture savante

Les Presses universitaires de Rennes (PUR) viennent de publier le volume Erudition et culture savante. De l’antiquité à l’époque moderne, sous la direction de François Brizay et Véronique Sarrazin (2015).

site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3841

culture

De la 4e de couverture : 

« L’érudition renvoie à la collecte, à la lecture et à l’exploitation des sources. Pendant quinze siècles, du IIIe au XVIIIe siècle, dans l’Europe de culture gréco-latine et au Proche-Orient, les érudits ont abondamment

puisé dans les écrits des Anciens, mais loin d’être de simples compilateurs, ils s’appropriaient les écrits qu’ils citaient, s’efforçaient de les rendre accessibles à leurs lecteurs et les mettaient au service d’un projet pédagogique ou intellectuel cohérent.

Les écrits des érudits renseignent sur leur manière de travailler et sur les objectifs qu’ils poursuivaient. L’érudition fut-elle neutre ? Avait-elle pour seule mission de diffuser des savoirs et d’accroître la connaissance dans différentes disciplines ? Quels que fussent ses objectifs, elle reposait sur des pratiques que l’on retrouve pendant quinze siècles : l’apprentissage de langues étrangères, l’emprunt de manuscrits, le recours constant à la correspondance.

Les aspects matériels de l’érudition sont un aspect important de la vie intellectuelle. Le travail effectué dans les scriptoria, la mise au point d’index et de tables des matières, la publication de lieux communs aidèrent les savants dans leurs recherches. Au XVIIIe siècle, la figure de l’honnête homme, qui supplanta celle de l’érudit, posa des problèmes spécifiques aux éditeurs qui durent mettre en œuvre de nouvelles stratégies pour minimiser les risques que leur posaient les livres érudits.

À côté des savants et des humanistes reconnus, des hommes et des femmes participaient à la vie intellectuelle de leur époque, sans rédiger d’œuvres majeures. Membres de réseaux de correspondants, vulgarisateurs éclairés, lecteurs attentifs, ils contribuaient à la diffusion de la culture savante en enseignant, en encourageant la vie de l’esprit et en faisant connaître par leurs écrits les idées nouvelles ».

 

Tables des matières

François Brizay
Erudition et culture savante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7

Première partie

LES SOURCES DE L’ÉRUDITION

Edith Parmentier
L’énigmatique Anthologie de Stobée
Organisation du recueil et fiabilité des textes transmis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

Estelle Bertrand
Ethnonymes, toponymes dans l’Histoire romaine de Cassius Dion:
quelques remarques sur la culture géographique de l’historien . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Caroline Chevalier-Royet

Entre tradition et innovation :
Raban Maur, un érudit carolingien face à ses sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Marie Barral-Baron
Érasme et les Adages ou l’art de collecter, commenter
et diffuser la culture savante de l’Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

Deuxième partie

LE TRAVAIL ET LA DÉMARCHE INTELLECTUELLE DE L’ÉRUDIT

Blandine Colot

Lactance, le « Cicéron chrétien » :
transmission des textes et contextes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Françoise Briquel Chatonnet

Le travail d’un érudit à travers la correspondance
du patriarche de l’Église de l’Orient Timothée Ier (780-823) . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Pierre Ageron

Dans le cabinet de travail du pasteur Samuel Bochart
L’érudit et ses sources arabes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

 

Troisième partie

LES ASPECTS MATÉRIELS DE LA PRODUCTION ÉRUDITE

François Bérenger
Le fonctionnement du scriptorium de Charles Ier d’Anjou . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

Valérie Neveu

Les recueils de lieux communs au regard des sciences de l’information :
un modèle pour la classification bibliographique
et l’indexation matières? (XVIe-XVIIIe siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

Véronique Sarrazin
Éditer l’érudition, en France, aux XVIIe et XVIIIe siècles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

 

Quatrième partie

LA CULTURE SAVANTE

Clémence Revest

Les « sympathisants » de l’humanisme :
le cas des frères Giobbe, Lazarino et Giona Resta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

Iolanda Ventura

Médecine et encyclopédies entre Renaissance et époque moderne :
l’exemple de Giorgio Valla et de Johann Heinrich Alsted . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

Thomas Guillemin

Le directeur de conscience déguisé en érudit pédagogue :
La vanité des sciences d’Isaac Papin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

Jacques Maillard
La vie culturelle des élites en Anjou au XVIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

Les auteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *