Alexandre le Grand et la littérature européenne

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (Xe-XVIe siècle). Réinventions d’un mythe, ed. C. Gaullier-Bougassas, Brepols, 4 vol., 2572 p., 156 x 234 mm, 2014
Présentation proposée par le site de l’éditeur : http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503549309-1
Cet ouvrage est la première étude d’ensemble du corpus européen médiéval sur Alexandre le Grand, de l’Espagne à la Russie, de la Grande-Bretagne à la Grèce byzantine.

La destinée d’Alexandre le Grand est à l’origine de l’un des mythes historico-littéraires qui a joui de la plus remarquable diffusion dans le temps et dans l’espace. Dans ce champ d’investigation très vaste, l’objet des trois premiers tomes de notre ouvrage n’est pas d’étudier la naissance de l’écriture sur le Macédonien, mais d’analyser comment la transmission et la réécriture des textes antiques en Europe, à partir du Xe siècle et jusque dans la première moitié du XVIe siècle, sont à l’origine d’une floraison d’œuvres littéraires qui montrent la création d’une figure médiévale et renaissante d’Alexandre, à la fois une et multiple. Le corpus choisi s’inscrit donc dans une longue durée – six siècles et demi– et il prend en compte les littératures de l’Europe occidentale (médio-latine, française, italienne, hispanique et aljamiada, hébraïque, anglaise, allemande, néerlandaise et scandinave) et celles de l’Europe orientale (slaves, avant tout tchèque, serbe et russe, byzantine avec son développement arménien). La nécessité s’impose en effet de dépasser les frontières entre les langues et les littératures, pour comprendre le sens des réinventions du mythe d’Alexandre à l’échelle du continent européen. Nos recherches ont permis d’analyser les modalités et les ressorts de cette effervescence créatrice sans précédent autour du souvenir d’Alexandre, de comparer les couleurs spécifiques de chacune des littératures européennes et de mettre au jour leurs interactions, en lien avec la naissance d’un vaste espace littéraire européen.

Le quatrième tome de notre ouvrage constitue un répertoire des principaux textes du corpus européen sur Alexandre, qui rassemble les données factuelles les plus importantes sur chacun d’entre eux, notamment la liste des épisodes narrés, les manuscrits conservés, les éventuelles traductions, adaptations ou continuations, et la bibliographie.

Cet ouvrage, réalisé par une équipe internationale et pluridisciplinaire de dix-sept chercheurs littéraires et historiens, dans un programme sélectionné par le Contrat Plan État Région (CPER), puis par l’Agence nationale de la recherche française (ANR), est la première étude d’ensemble du corpus européen médiéval sur Alexandre le Grand, de l’Espagne à la Russie, de la Grande-Bretagne à la Grèce byzantine.

Ouvrage publié avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche (ANR-O9BLANC-0307-01, projet CREAMYTHALEX), de la Région Nord Pas de Calais (CPER 2009-2010), de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société – MESHS (USR 3185), du CNRS et de l’Université de Lille 3.

Catherine Gaullier-Bougassas, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est professeur de langue et de littérature médiévales françaises à l’Université de Lille 3 et membre de l’Institut universitaire de France. Elle a publié de nombreuses études sur Alexandre le Grand et sur l’Orient dans la littérature française médiévale.

 

Sommaire et présentation

 

 LES AUTEURS

  • Éloïse Adde-Vomáčka, post-doctorante en histoire médiévale tchèque à l’Université du Luxembourg
  • Amaia Arizaleta, professeur de littérature hispanique médiévale à l’Université de Toulouse-Le Mirail
  • Hélène Bellon-Méguelle, maître-assistante de littérature française médiévale à l’Université de Genève
  • Hugo Bizzarri, professeur de littérature hispanique médiévale à l’Université de Fribourg
  • Margaret Bridges, professeur de langue et de littérature anglaises médiévales à l’Université de Berne
  • Michele Campopiano, maître de conférences en langue et littérature latines médiévales à l’Université d’York
  • Alexandru Cizek, professeur en langue et littérature latines médiévales à l’Université de Münster
  • Catherine Gaullier-Bougassas, professeur de langue et de littérature françaises médiévales à l’Université de Lille 3
  • Corinne Jouanno, professeur de langue et de littérature grecques à l’Université de Caen
  • Elena Koroleva, maître de conférences de littérature médiévale à l’Université Saint-Tikhon de Moscou
  • Marie-Sophie Masse, maître de conférences d’études germaniques médiévales à l’Université de Picardie
  • Émilie Picherot, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Lille 3
  • Christophe Thierry, maître de conférences d’études germaniques médiévales à l’Université de Lyon 2
  • Jean-Yves Tilliette, professeur en langue et littérature latines médiévales à l’Université de Genève
  • Giusto Traina, professeur d’histoire romaine à l’Université de  Paris IV
  • Torfi H. Tulinius, professeur d’études médiévales islandaises à l’Université d’Islande
  • Janet van der Meulen, maître-assistante de littérature française médiévale à l’Université libre d’Amsterdam

SOMMAIRE

VOLUME I

Introduction. Naissance de l’écriture sur Alexandre.  La transmission et l’enrichissement du mythe en Europe du ive au ixe siècle.  Alexandre au xe siècle en Europe occidentale : un nouvel essor de l’écriture. Réinventions européennes du mythe d’Alexandre du xie siècle au xvie siècle. Corpus étudié et parcours réflexif.

Section I – Panorama des littératures européennes

I – La littérature latine

A-La postérité du roman historique du Pseudo-Callisthène. a-La réception des Res gestae de Julius Valère. b-Nativitas et victoria Alexandri Magni regis de Léon de Naples et l’Historia de preliis – B-La postérité des Historiae de Quinte-Curce : l’Alexandreis de Gautier de Châtillon – C-Alexandre dans les histoires universelles – D-Alexandre dans la littérature didactique et morale – E-Le Secretum secretorum – F-Les écritures humanistes latines

II – La littérature de langue française

A-Les Romans d’Alexandre du xiie siècle et leurs prolongements en vers et en prose jusqu’à la fin du Moyen Âge – B-L’Alexandre en prose du xiiie siècle – C-Les histoires ou chroniques universelles – D-Les textes didactiques -E-Les traductions humanistes

III – La littérature italienne

A-L’héritage de l’Historia de preliis –B-L’héritage des Historiae de Quinte-Curce : Petrarca, Boccaccio et les humanistes – C-La tradition du Secret des secrets – D-Les adaptations d’autres littératures vernaculaires

IV – La littérature de langue hispanique

A-Les textes de nature épico-encyclopédique – B-Les textes didactiques – C-Les histoires universelles et les chroniques locales – D-Les compendia, textes de nature poétique et/ou exemplaire

V – Les littératures arabe et aljamiada

VI – La littérature hébraïque

VII – La littérature anglaise

A-Avant les Normands : Alexandre dans la littérature en vieil anglais – B-Alexandre dans la littérature en moyen anglais – a-Les œuvres de type romanesque, à structure biographique ou épisodique -b-Les œuvres de facture didactique -c-Un discours du réel : prose géographique ou historiographique

VIII – La littérature allemande

A-Lambrecht et ses continuateurs – B-Les récits en vers du xiiie siècle – C-Les récits des xive et xve siècles – D-Les Secrets des secrets allemands – E-Chroniques et bibles historiales

IX – La littérature néerlandaise

X – La littérature scandinave

XI – La littérature tchèque

XII – Les littératures serbe et russe

XIII – La littérature arménienne

XIV – La littérature gréco-byzantine

 

Section II – La traduction et l’adaptation aux sources de la création sur Alexandre dans les littératures européennes

Introduction. Héritage et conscience d’auteur dans la multiplicité des langues

I – Les réécritures médio-latines du Roman d’Alexandre

A-Léon de Naples, Nativitas et victoria Alexandri Magni regis – a-Prémisses culturelles de sa genèse – b-Grammaire et lexique d’un texte vulgarisant – c-Style et narration d’un texte vulgarisant

B-Modalités de remaniement du texte de Léon de Naples -a-Le travail d’émulation d’après un modèle -b-Le contexte scolaire des remaniements -c-L’encadrement du texte dans les manuscrits-recueils

C-Les recensions successives de l’Historia de preliis –a-Réécriture linguistique et stylistique – b-L’Historia de Preliis J1 : une adaptation au Zeitgeist médiéval et chrétien – c-L’Historia de preliis J2 : histoire et anachronisme -d-L’Historia de preliis J3 : innovation et moralisation -e-L’Historia Alexandri Magni : valorisation poétique et christianisation

II – L’Alexandreis de Gautier de Châtillon

A-Le choix de la veine historiographique – B-Le choix du genre épique -a-Le développement des ekphraseis -b-Le traitement des aristies -c-Le recours au « merveilleux épique » -C-Le choix d’un style : échos d’une « nouvelle poétique »

III – L’Alexandre en français et ses univers littéraires multiples

A-Le choix d’une langue : écrire en français sur Alexandre – a-Le poids des autorités latines – b-La redécouverte des textes grecs – c-Alexandre, instrument de promotion de la langue française. Récits autonomes sur Alexandre et ses ancêtres aux xiie et xiiie siècles. Histoires universelles et compilations historiques. Les Secrets des secrets français. Traductions humanistes – d-L’autorité de l’écriture en français sur Alexandre

B-Adapter et compiler sur Alexandre : d’une pratique à l’autre -a-La création littéraire par une libre adaptation. Albéric et l’Alexandre décasyllabique. Alexandre de Paris.Thomas de Kent – b-Compilation et écriture savante. L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille. La Chronique dite de Baudouin d’Avesnes. Le Miroir historial de Jean de Vignay. La Bouquechardière de Jean de Courcy. La Fleur des histoires de Jean Mansel. Les compilations sur les Neuf Preux – c-Vers des exigences nouvelles pour la traduction. L’Alexandre en prose du xiiie siècle. Les Secrets des secrets français.Vasque de Lucène et Jacques Amyot : les traductions humanistes. d-Mises en vers et mises en prose : de l’ancien au moyen français. Renart le Contrefait et le Livre de la Mutacion de Fortune. Jean Wauquelin. Les mises en prose des Vœux du Paon. Les mises en prose du Roman de Florimont

C-Une pluralité de genres littéraires. a-Les écritures du romanz. b-Les écritures de l’histoire

D-Continuations, fictions et liberté de la création – a-Les xiie et xiiie siècles – b-Le cycle du paon et le Perceforest – c-Florimont et Philippe de Madien au xve siècle

IV – Langues et genres littéraires de l’Alexandre italien

A-Une Italie plurilingue sur Alexandre – B-Pratiques de réécriture et genres littéraires – a-Volgarizzamenti en prose – b-Textes en vers inspirés de l’Historia de preliis -c-Petrarca, Boccaccio et les humanistes – d-Romans en vers du xvie siècle

V – Alexandre aux origines de la langue et de la littérature hispanique

A-Le paysage linguistique et le choix de la langue espagnole – a-Multilinguisme et traduction – b-La langue du royaume – B-D’une forme littéraire à l’autre – a-Compilation, amplification et hybridation – b-Réécriture et imitation

VI – Entre langues arabe et hispaniques : la littérature aljamiada

A-Le choix communautaire de l’aljamiado – B-Alexandre le musulman  – C-Le manuscrit arabe sourceD-Légendes d’illustrations, copistes et lecteurs – E-Une sīra

VII – La littérature hébraïque

A-Diversité des transferts linguistiques vers l’hébreu – B-Réécritures hébraïques – C-L’autorité de l’histoire et du savoir

VIII – Lettres anglaises dans une culture plurilingue 

A-Langues sources et langue cible : autorité, prestige, rivalités et résistance – a-Du latin à l’anglais  – b-Du français à l’anglais – c-Liens intertextuels intra-linguistiques anglais – B-Des espaces textuels pour une mise en scène de l’auteur – C-Les effets des contacts culturels : de l’allitération aux rimes finales – a-Alexandre allitératif – b-Romans en vers à rimes – c-Alexandre en prose

IX – Alexandre ou l’affirmation d’une identité littéraire en langue allemande

A-Entre modèle émancipateur du français et autorité du latin – a-Lambrecht et ses continuateurs – b-Rudolf von Ems et Ulrich von Etzenbach – c-Seifrit, Großer Alexander, Großer Seelentrost, Wichwolt – d-Hartlieb

B-De l’adaptation à la compilation- a-Lambrecht et ses continuateurs – b-Rudolf von Ems et Ulrich von Etzenbach – c-Seifrit, Großer Alexander, Großer Seelentrost, Wichwolt – d-Hartlieb

C-Porosité entre les genres littéraires et prédominance du modèle historiographique- a-Lambrecht et ses continuateurs – b-Rudolf von Ems et Ulrich von Etzenbach – c-Seifrit, Großer Alexander, Großer Seelentrost, Wichwolt – d-Hartlieb

X – Les adaptations néerlandaises

A-La situation linguistique des anciens Pays-Bas – B-De Jacob van Maerlant à l’Historie van Alexander de Grote 

XI – Langues scandinaves et adaptations du latin sur Alexandre

A-Alexanders saga – B-Konung Alexander

XII – Alexandre et la littérature de langue tchèque dans la Bohême médiévale

A-L’Alexandre tchèque, une réaction au latin des clercs et à l’allemand des cours royale et seigneuriales – B-L’Alexandreida et la canonisation de la nouvelle littérature de langue tchèque

XIII – Aspects linguistiques et littéraires de l’Alexandre russe

A-Questions de langues  – B-Réécritures de la vie d’Alexandre du xiie au xviie siècles – C-Entre l’historiographie et le roman

XIV – Alexandre dans la tradition médiévale arménienne

A-La version arménienne du Pseudo-Callisthène – B-Xač‘atur de Keč‘aris et le ms. 424 de San Lazzaro (Venise) – C-Un exemple de l’édition de Xač‘atur : le folio 82 r – D-Les traditions plus récentes : les kafa du xvie siècle et le remaniement vernaculaire

XV – Mutations grecques tardives du Roman d’Alexandre

A-Traduction et métaphrase : le grec vulgaire en tous ses états – B-Variations sur la tradition pseudo-callisthénienne – a-Des emprunts exogènes très ponctuels – b-Amplifications, paratextes, abréviations – C-La tentation de l’épique et du romanesque – D-Un avatar inattendu : Alexandre en héros de conte oriental

 

VOLUME II

Section III – Le pouvoir royal d’Alexandre : littérature et politique

Les auteurs, leurs mécènes et leurs publics

 

Introduction. Les idéologies de la royauté et le statut des auteurs

I – La royauté d’Alexandre dans la littérature médio-latine

A-La présence d’Alexandre dans les miroirs du prince – B-Aspects de l’idéalité d’Alexandre dans l’Historia de preliis  – C-Une double perspective allégorique et mythico-historique dans l’Historia de preliis J3 – a- Le trône de Cyrus – b- Le trône imaginaire d’Alexandre à Babylone – D-Une royauté essentiellement guerrière, sa gloire et ses limites, selon Gautier de Châtillon – a-L’Alexandreis comme miroir des princes -b-L’Alexandreis au service du prince capétien – c-Alexandre, saint militaire ?  – d-La religion d’un guerrier – e-Alexandre, rédempteur manqué

II – Les exemplarités politiques de l’Alexandre français et leurs mises à l’épreuve

A-Les romans en vers du xiie siècle : la promotion d’un pouvoir royal autonome et absolu – a-Un roi lettré : la science au service du pouvoir – b-La naissance du roi – c-Une mission éthique et une élection divine ? – d-Une autonomie du politique ? -e-Mécènes et milieux d’écriture -f-Les limites de l’idéal

B-Prolongements romanesques d’Alexandre de Paris : de nouveaux modèles politiques ? -a-Alexandre entre rituels païens et morale chrétienne : le roi pacificateur des Vœux du Paon  –b-Récupération politique des Vœux -c-Alexandre aux origines de la royauté anglaise selon le Perceforest

C-De l’Alexandre en prose du xiiie siècle à Wauquelin : vers une théocratie royale ?

D-Les histoires universelles : Alexandre dans l’histoire du salut – a-L’Histoire ancienne jusqu’à César de Wauchier de Denain, la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes et le Miroir historial de Jean de Vignay – b-La Bouquechardière de Jean de Courcy  – c-La Fleur des histoires de Jean Mansel

E-Dits, poésies et œuvres didactiques : exemplification et questionnement

F-Le pouvoir royal d’Alexandre selon les traductions humanistes de la cour de Bourgogne

III – Les multiples portraits du roi Alexandre en Italie

A-Alexandre, l’idée impériale et l’ordre de l’Univers – B-Grandeurs et limites d’Alexandre – C-Idéaux chevaleresques et idéalisation du prince : les volgarizzamenti de l’Historia de preliis – D-Alexandre dans la pensée politique de la Renaissance italienne – E-Alexandre dominateur de l’Orient et prince de la Renaissance : les poèmes en ottava rima du xvie siècle

IV – Alexandre le Grand et les idéaux politiques de la cour de Castille et Léon

A-La mise en place d’une figure de la royauté conquérante – B-Alexandre le Grand et Alphonse X le Savant – a-Empereur de culture – b-Miroirs des princes castillans et collections de sentences – c-Le rêve de l’empire  – C-Alexandre le Grand à la cour d’Alphonse XI – a-Le Poème d’Alphonse XI  – b-L’œuvre d’Álvaro Pelayo – c-Alexandre et la chevalerie dans la Glosa de Juan García de Castrojeriz – D-Les specula principi aragonais – E-Alexandre le Grand et les idéaux de cour du xve siècle

V – Le Rrekontamiento del rrey Ališandere : un exempe de bon gouvernement musulman

A-Les qualités d’un souverain exemplaire – a-Une formation païenne ? – b-Un roi soumis à Dieu – c-Le glaive de Dieu – B-Un gouvernement musulman – a-Intégration des peuples et statut des populations soumises – b-Centralisation ou unification

VI – Un Alexandre « populaire » en Angleterre : écrire la royauté au pays des couronnes vacillantes

A-Accéder au pouvoir : naissance et enfances – B-Idéologie de la conquête – a-Nicolas, un roi indigne – b-Vers une appropriation de l’Orient : Darius – C-Alexandre religieux, malgré lui

VII – L’image royale changeante d’Alexandre dans le contexte du Saint Empire

A-Le Vorauer Alexander : translatio imperii et aemulatio  – B-Le Straßburger Alexander, entre modèle aristocratique et influence cléricale – C-Le Basler Alexander ou l’effacement de la tradition exégétique  – D-Le xiiie siècle allemand : l’empereur Frédéric II en filigrane ? – E-Seifrit : Alexandre empereur idéalisé et acteur de la translatio –F-Translatio imperii et démesure dans le Großer Alexander – G-L’empereur de Hartlieb et l’effacement du contexte féodal – H-Alexandre dans les chroniques de langue allemande

VIII – Le roi Alexandre dans l’espace scandinave

A-Alexanders saga – B-Konung Alexander

IX – Du Moyen Âge au Renouveau national tchèque, l’incroyable malléabilité d’Alexandre en Bohême

A-L’utilisation d’Alexandre par les souverains de Bohême – B-Alexandre au service de l’idéologie nobiliaire – C-Alexandre, entre divertissement et discours moralisateur – D-Alexandre et le hussitisme – E-Alexandre, la nation, le Renouveau national et le panslavisme

X – Le politique et le sacré : les facettes multiples du roi Alexandre en Russie

A-Un guerrier modèle : exemplarité attestée, exemplarité contestée – B-Un roi modèle et un héros (pré)-chrétien – C- Le discours politique de l’Alexandrie de Serbie et son influence sur les récits russes

XI – Alexandre en Arménie : de l’historiographie à la christianisation

A-Moïse de Khorène et sa lecture du Pseudo-Callisthène – B-Alexandre dans l’historiographie arménienne médiévale – C-Xač‘atur Keč‘arec‘i : Alexandre moralisé

XII – Alexandre en Grèce : roi de guerre, homme de boue

A-Le Roman d’Alexandre dans un monde grec en  crisea-Milieux de production – b-Alexandre et les Perses à la lumière du péril turc ? – c-Autres marques de modernisation – d-Portrait d’Alexandre en monarque exemplaire – B-Religion et spiritualité – a-Du prince païen au basileus très chrétien -b-L’obsession du memento mori

 

VOLUME III

Section IV – L’Alexandre scientifique et aventurier

Un imaginaire de la connaissance savante et des lointains exotiques

Introduction. La curiosité d’Alexandre dans le contexte épistémologique médiéval : sciences et savoirs occultes, observation, expérimentation et aventure

I – Alexandre explorateur des merveilles de l’Orient dans l’Historia de preliis

A-Les merveilles de l’empire perse – B-Les merveilles de l’Inde : le terrifiant, l’utopique et le sacré – a-Le règne du tératologique – b-Les communautés humaines alternatives – c-La somptuosité – d-Le monde des dieux – C-Alexandre, héros de science-fiction : les aventures aérienne et sous-marine

II – Rex illiteratus. Alexandre et le savoir, selon Gautier de Châtillon

III – Rêves de connaissance et d’exotisme : l’Alexandre aventurier en français

A-Les Romans d’Alexandre, leurs réécritures et le Secret des secrets (xiie-xve siècle) – a-Nectanabus, l’astronomie, l’astrologie et la magie orientales – b-Aristote et les sciences de la nature : savoirs rationnels et savoirs occultes – c-Alexandre et l’exploration de la nature : la science par l’observation – d-L’Orient et la création littéraire : du savoir encyclopédique à la fiction romanesque – e-Les finalités de l’exploration : de la science à la sagesse ou à l’aventure personnelle – f-Les limites de la révélation et les ambiguïtés du portrait d’Alexandre explorateur

B-L’historiographie du xve siècle et la mise à distance des mirabiliaa-L’exotisme oriental : entre ethnocentrisme et démystification – b-Une éducation savante : Alexandre et les philosophes – c-Au bout du monde, la désolation

IV – Science, magie et exploration : Alexandre et la connaissance en Italie

A-La transmission des savoirs techniques, scientifiques, magiques  – B-Voyage et savoirs géographique, zoologique et ethnographique – C-Un Orient de fiction

V – La cristallisation des savoirs : Alexandre, vecteur de connaissances dans l’Espagne médiévale

A-La formation du monarque : Libro de Alexandre et General estoria– a-L’Alexandre aristotélicien : le Libro de Alexandre . Les clercs et l’ordre nouveau. Le milieu de composition. Trivium et quadrivium. Le roi, conquérant du monde inconnu, et le contexte argumentatif – b-Alphonse X, alter Nectanabus : savoir lire la surface de l’eau – B-Le monarque Alexandre, maître du monde – a-Le clerc et le roi : lire le monde – b-Parler et entendre des langages nouveaux – c-L’Orient de l’Alexandre hispanique – C-Les textes sapientiels : la quête de savoirs et de mondes merveilleux – a-Désir de savoir et passion pour les savants – b-La transmission des savoirs occultes

VI – Alexandre aljamiado, rey šabidor

A-Les maîtres d’Alexandre – a-Aristote – b-Al-Khadīr – c-Les anges – B-Alexandre explorateur explorateur du futur dār al-islām – a-L’Andalousie – b-Désintérêt pour les observations « scientifiques »

VII – Un parcours anglais difficile, de la méfiance et du mépris à l’éloge de la connaissance

A-Éducation savante -B-Alexandre explorateur et le savoir empirique -C-Création littéraire et [science-] fiction, entre célébration et condamnation

VIII – Savoir et merveilles dans les textes en langue allemande

A-Connaissance et création littéraire dans les récits issus de Lambrecht  – a-Figures du savoir et statut du récit – b-Alexandre, scripteur des aventures orientales – c-L’Orient et la création littéraire dans le Straßburger Alexander – d-L’acclimatation des aventures orientales à l’idéal de coure-Regards sur la curiositas d’AlexandreB-Ulrich von Etzenbach : expérience de l’infini et écriture innovante – a-Orient et savoir encyclopédique : entre fascination et scepticisme – b-Immensité des espaces et limites du savoir rationnelc-Ambivalence de l’amour en Orient et échec de l’initiation à la sagesse -d-Bonne et mauvaise chevalerie : la question du rapport aux richesses -C-Alexandre et le savoir dans les textes du Moyen Âge tardif – a-Seifrit : intérêt pour la connaissance et vraisemblance du récit -b-Hartlieb : le conquérant face à son libre arbitre

IX – Alexandre en Orient : deux lectures opposées de la merveille en Russie

A-Aristote et Nectanébo : une éducation inutile ? – B-Alexandrie des Chroniques : l’Orient redoutable et la crainte de la mort – C-Alexandrie de Serbie : la maîtrise manquée de l’Orient et de ses merveilles

X –Voyages de l’Alexandre grec : le goût des merveilles et sa mise en question

A-De l’apprentissage à l’investigation du monde -a-Formation d’Alexandre -b-Alexandre explorateur – B-L’écriture de la merveille – a-Deux versions fidèles à l’héritage paradoxographique ancien  -b-La recension ζ : vers une réduction du merveilleux païen ?

 

Section V – Alexandre et la formation d’un espace littéraire européen

I-Rythmes comparés de la création littéraire sur Alexandre

en Europe du xe au xvie siècle

II-Rayonnement des littératures et espace littéraire européen

III-Milieux d’écriture et publics

IV-Alexandre, entre histoire et fiction

V-Les raisons du succès : le prestige d’un héros toujours d’actualité

a-Alexandre et l’illustration de nouvelles écritures et de nouvelles langues littéraires

b-Le didactisme politique, éthique et scientifique : les exemplarités et les ambiguïtés d’Alexandre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *