Renaissances italiennes. Réédition et traductions

9782226246219-jElisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes (1380-1500), Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Evolution de l’Humanité », 2013 (2007).

Au mythe de la « Renaissance » et aux débats qui s’y attachent, à la figuration célébrée d’un présent fécondé par une restitution des sagesses de l’Antiquité, à l’imaginaire humaniste d’un recommencement, Élisabeth Crouzet-Pavan préfère substituer l’horizon des Renaissances italiennes. Le pluriel s’impose à ses yeux, parce qu’il existe une autre Renaissance, moins démonstrative que celle des savants et des artistes, mais tout aussi vivante, par laquelle continuent à vivre et à revivre des passés plus ou moins proches. Les représentations, les mémoires et les actions s’enchâssent et jouent alors les unes avec les autres parce que les temps communiquent sans cesse. C’est un âge du paradoxe qui surgit sous nos yeux : de grandes espérances coexistent avec l’appréhension de l’imminence du Jugement dernier, des rêves enthousiastes d’harmonie voisinent avec l’angoisse du péché, la quête de la beauté est confrontée à la conscience du mal…

Renaissances italiennes, de Milan à Naples, de Florence à Venise, de Rome à Ferrare, invite ainsi le lecteur à déplacer son regard.  Élisabeth Crouzet-Pavan guide le lecteur dans la complexité d’un univers humain qui éprouvait autant un immense amour de la vie qu’une tenace peur de la mort, autant une extraordinaire exaltation créatrice qu’une profonde sensation de finitude…

À la lumière de sources nombreuses et diversifiées – des traités humanistes à la documentation archivistique, des chroniques aux images – l’auteur reconstitue avec habileté les contrastes de toute une époque. Une réflexion approfondie sur les États italiens, leur nature et leurs transformations est proposée ainsi que sur l’activité militaire et la culture de la guerre. À l’économie et aux structures du marché sont dédiées des pages saisissantes. Enfin, il est question de l’homme du temps dans le processus d’une figuration de soi, dans la mise en scène des apparences et dans le dialogue complexe qui le relie à Dieu.

Le livre Renaissances italiennes a fait l’objet à ce jour d’une traduction en italien  (Viella) et en espagnol

Renacimientos italianos


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *