Jean de Vauzelles, un humaniste catholique au service de Marguerite de Navarre

vauzellesOn signale la parution du livre d’Elsa KAMMERER, Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais. Un humaniste catholique au service de Marguerite de Navarre entre France, Italie et Allemagne (1520-1550), Genève, Droz, 2013 (THR DXXII), 562 p.

Au croisement d’importants réseaux d’imprimeurs, de graveurs et de poètes qui la relient à l’Italie tout autant qu’aux pays germaniques, Lyon s’impose dans la première moitié du XVIe siècle comme le creuset d’expériences philologiques, iconographiques, symboliques et politiques qui innervent de façon décisive la lecture des textes bibliques. Figure centrale de cette étude, Jean de Vauzelles (ca. 1495-1563) incarne précisément la conciliation religieuse et humaniste qui y a été tentée. Secondant le désir qu’a Marguerite de Navarre de promouvoir les Ecritures en une belle langue française, il traduit pour elle l’Hystoire evangelique d’Ottmar Nachtgall, puis les adaptations que l’Arétin avait faites de la Bible à partir de tableaux contemporains. L’ensemble des textes qu’il dédie à Marguerite ainsi qu’à Louise de Savoie apporte un témoignage inédit sur la vie religieuse à la cour de France. Vauzelles, à qui sont confiées les entrées royales de 1533, participe en même temps, avec le dominicain lucquois Sante Pagnini (1470-1541), au renouveau des études hébraïques à Lyon et à la fondation de la célèbre Aumône générale. Au-delà du personnage de Vauzelles, ce livre met au jour la vitalité, à Lyon, d’un catholicisme ouvert et actif, poreux aux modes littéraires, aux apports humanistes et artistiques, en prise avec les exigences municipales de la charité, les préoccupations contemporaines de diffusion des Ecritures et le désir de développer une piété incarnée.

Table des matières

Introduction
I. Jean de Vauzelles entre dieu et le siècle (ca. 1495-1563)
II. Témoignages inédits sur Louise de Savoie et Marguerite de Navarre (1526-1531)
III. Marguerite de Navarre, Vauzelles et l’Hystoire evangelique d’Ottmar Nachtgall (Augsbourg-Lyon, 1526)
IV. La parole en français et en images : Marguerite, Vauzelles et l’Arétin (Venise-Lyon, 1539-1551) V. La « danse de la mort » d’Holbein : ars moriendi ou ars figurandi ? (Bâle-Francfort-Lyon, 1538- 1542)
VI. Les Ecritures illustrées (Nuremberg-Lyon, 1511-1564)
VII. La parole en latin : Sante Pagnini, un hébraïsant catholique à Lyon
VIII. La charité chrétienne en actes : l’aumône générale de Lyon (1531)
IX. Pour la plus grande gloire de Lyon : les Entrées royales de 1533
Conclusion

Annexes

Jean de Vauzelles, Hystoire evangelique, 1526
Jean de Vauzelles, Theatre de françoise desolation, 1531
In Lodoicae Regis Matris mortem, 1531
Epîtres dédicatoires des traductions françaises de l’Arétin par Jean de Vauzelles, 1539-1542 Traduction française de la Médecine de l’âme d’Urbanus Rhegius, 1542
Caspar Scheit, épître dédicatoire des Figuren Ausz der Bibel, 1554


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *