Table et Diplomatie (2-5 novembre 2016)

11ème colloque de l’IEHCA organisé en coopération avec le Labex EHNE

maquette-affiche-sorbonne-a5

La phase nouvelle de la mondialisation, ouverte dans les années 1960, conjuguée aux effets de la révolution des mœurs et de ceux, très perceptibles dans les années 2000, de la nouvelle révolution des télécommunications, incite à repenser la place que tient le temps de la table dans le cadre des échanges diplomatiques du temps présent. Du déjeuner de travail autour d’un plateau repas à la persistance du dîner de prestige reflétant l’image que l’Etat qui reçoit veut diffuser, le temps pris ou pas pour partager un repas peut être l’indice d’une uniformisation des pratiques, d’un adoucissement des mœurs ou de leur brutalisation nouvelle. La table est intégrée dans un contexte diplomatique international comme un facteur déterminant de recherche d’un consensus, quel que soit l’espace géographique considéré et quelle que soit la période choisie. La réception intentionnelle se révèle autant dans les banquets de départ en croisade, les fêtes d’alliances des princes au XVIIe siècle que dans les stratégies politiques qui règlent les relations dans l’immense Asie depuis des millénaires.  Croiser, sur la durée, l’histoire des pratiques diplomatiques et celle des pratiques alimentaires apparaît comme une clef d’entrée pour approfondir la réflexion sur l’identité culturelle, culinaire et diplomatique de l’Europe, ses construction, déconstruction et reconstruction au regard des pratiques d’autres aires culturelles. C’est également le moyen de comparer et d’analyser la diversité mondiale des protocoles. Objet d’histoire totale, l’étude du repas d’Etat relève ainsi à la fois d’une histoire matérielle (fournitures nécessaires pour les illuminations, produits de la table et boissons), d’une histoire sociale (mobilisation de corps de métiers), d’une histoire des représentations (place accordée à la chair et à l’alcool dans les cultures religieuses ; mise en scène de la puissance ou de l’égalité) et d’une histoire culturelle des relations internationales mettant en jeu des transferts matériels et symboliques comme des rapports de pouvoir. La table, lieu concret et apparent de la négociation diplomatique par excellence, est aussi celui de la reconnaissance de l’altérité comme de sa négation.

Comité d’organisation :

Laurence Badel (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Lucien Bély (Université de Paris-Sorbonne)

Marc de Ferrière le Vayer (Université François Rabelais, Tours)

Jean-Pierre Williot (Université François Rabelais, Tours)

Voir le progamme ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *